Vous êtes ici :   Accueil » Les rencontres
Planning

agenda.jpg

Massilli'Hand
Partenaires

wiko.png

CEPAC

MSP_2015.png

artinian.png

Fleuriste Marseille

CD_13.jpg

oxyd_powered_by_ecritel2.jpg

DDJS.jpg

axa_new.jpg

Hummel_Haribo.png

LogoMarseille.gif

ebs.jpg

RegionPACA.jpg

 ↑  
Visiteurs uniques

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://csmphand.com/data/fr-articles.xml

-12 ans Standard Championnat Pré-Excellence

Dimanche 26 Mars 2017 à Senas
 

UNE QUESTION D’ETAT D’ESPRIT …!!!!

Un jour comme un autre, où il faut se lever le matin, prendre son petit déjeuner, …bref, la routine quoi. Mais il était dit que ce dimanche ne serait pas comme les autres. D’abord, on dormait une heure de moins, ce qui fait que se lever à 6h30 équivalait à 5h30 la veille. Ensuite, c’était le début de la 2nde phase du championnat où nous allions attaquer notre tryptique Senas-Aix-Aubagne.

Premier match, Senas, à SENAS. Avec RDV aux enfants à 9h00.

Et là, on vit également que ce dimanche ne serait pas comme les autres. Tout le monde s’était perdu, les GPS avaient perdu la boule, si ce n’est les coordonnées du gymnase qui, en fait, était facile à trouver…hm hm hm D’autres s’étaient trompé de gymnase en confondant le gymnase de la Capelette de Senas avec celui de Marseille.  MDRRRR Enfin, tout ce petit monde, à l’exception de Badis, Simon, Maxime et Sami qui étaient appelé pour jouer avec CSMP2 (Félicitation pour leurs performances face à l’ASPTT dimanche),  se retrouva à bon port pour le début du 1er match Aubagne – Aix. Et là, on vit de suite que cela ne sera pas simple, mais alors pas simple du tout pour nous lors du prochain match à Marseille contre Aix. La démonstration effectuée par notre prochain adversaire, parfois à la limite de la facilité, fut telle que je les classais immédiatement comme grand favoris de notre poule.

Enfin ce fut notre tour.

Je ne connaissais pas SENAS, et cela m’était égal.La seule chose que je dis aux enfants, c’était de jouer notre jeu, d faire ce que nous réalisons le mieux, c’est-à-dire, défense, récupération de balle, contre-attaque. Il suffisait de bien défendre. Il suffisait, oui mais…

1ére Mi-Temps :

On vit de suite que le niveau de SENAS était un voire deux crans en dessous du nôtre. Mais seulement voilà, nos minots n’étaient pas, mais alors pas du tout dans le match. Nous marquons un but par Maxime, mais derrière, les joueurs ne faisaient pas le boulot défensivement, et Senas égalisait. Arthur ne défend pas, on prend un but. Arthur d »donne » un ballon à l’adversaire, on prend un but. 3 minutes de jeu, 4-3 pour Senas. Je sors Arthur pour lui expliquer ce qu’il faut faire et le relancer plus tard. Car je sentais que les changements allaient être fréquents. Ce n’est pas seulement 1 joueur, mais tous les joueurs qui avaient la tête à l’envers.

Et en plus, il fallait faire la nounou car les crises de larmes commençaient « il m’a pas fait de passe », « pourquoi je sors, lui il joue plus mal que moi », « il m’a fait mal ».

J’hallucinais. Je n’avais jamais vu les enfants comme ça.

Temps mort.

Alors là, je poussais une gueulante qui fera date.

En clair, je leur disais que s’il y en avaient qui n’étaient pas contents, qui n’avaient pas envie de jouer, la tribune c’était en face. Les crise de pleurs, ça suffit. On est là pour jouer au handball, pas pour faire des caprices à deux balles.

Les enfants restaient bouche bée. Jamais je ne leur avait parlé comme ça. Mais c’était nécessaire.

Reprise du temps.

Il y a un léger mieux.

Millan, Maxime, Arthur marquent, et nous prenons le large petit à petit.

Kerry commence à se réveiller, l’écart grandit, mais je ne suis toujours pas satisfait, les consignes défensive ne sont pas respectées à l’image d’Elvin qui reste en attaque et ne revient pas en défense.

Petit séjour sur le banc, nouvelle rentrée et ça allait mieux.

Et c’est sur le score de 18-08 que nous atteignions la mi-temps.

Mais on aurait pu en marquer 10-15 de plus et en prendre deux fois moins, tant l’écart était grand entre notre adversaire et nous.

Je fixais un objectif aux enfants. Si il y avait 18-08 à la mi-temps, je voulais 36-16 à la fin du match

Et surtout, surtout, je leur disais de respecter les consignes qui étaient : placement défensif en défense 3-2, contre-attaque et jouer collectif.

Rien de sorcier, les minots ont toujours joué ainsi, je n’avais aucune inquiétude à ce sujet.

Mais j’allais vite déchanter…

2éme Mi-Temps :

Quand je dis déchanter, le mot est faible.

Rien ne fonctionnait.

En attaque, chacun privilégiait la solution individuelle, en défense, les consignes n’étaient pas respectées.

On jouait la gratte quand il ne fallait pas, on ne donnait pas le ballon à son copain qui il était tout seul, bref, on jouait à l’envers

Mais surtout, on ne marquait pas. 4 buts en 12 minutes.

Si bien qu’à 5 minutes de la fin, nous menions 22-14, et encore, heureusement que Kerry était là pour nous sortir des arrêts à 6 mètres.

Et puis, sans rien faire de spécial en coaching, il y eu un changement brutal sur le terrain.

L’attitude, l’état d’esprit, le placement, tout changea d’un coup.

La solidarité défensive était de retour, le bloc défensif retrouvait son efficacité, les contre-attaques fusaient, les minots s’encourageaient.

On avait retrouvé notre équipe.

Un feu d’artifice que rien ni personne n’aurait prédit 2 minutes auparavant.

Et les buts s’empilaient les uns derrière les autres.

24-14, 28-14, 30-14. Il reste 1 minute à jouer.

Nouvel arrêt de Kerry, relance sur Arthur qui passe à Elvin qui marque, 31-14.

Récupération du ballon en défense par Noé qui donne à Maxime qui transmet à Arthur qui marque, 32-14, Fin du match.

Bilan du match :

Ce qui aurait dû être un match tranquille, une rencontre où les enfants se seraient fait plaisir, a donné lieu à un match brouillon, où les enfants n’étaient pas présents durant 95% du temps.

Est-ce l’heure du match, le changement d’heure, le fait de ne pas avoir joué pendant 2-3 semaines, toujours est-il que ce que j’ai vu ne m’a pas plu en tant qu’entraineur.

Je n’ai pas reconnu mon équipe.

Les enfants étaient content dans les vestiaires, mais je leur ai bien fait comprendre que c’était la dernière fois que je voulais voir cela.

En prenant les choses du bon côté, je leur ai dit que l’on a fait tout ce qu’il ne fallait pas faire en Handball pendant 33 minutes, et exactement ce qu’il fallait faire pendant 5 minutes.

La preuve, en 5 minutes, nous avons marqué 10 buts sans en prendre un seul. Comme quoi, ça sert un peu un entraineur.

Autre chose de très important, les enfants ont reçu un petit rappel à l’ordre, gentil mais ferme, que je ne voulais voir personne pleurer ou faire une crise de larmes pour un oui ou pour un non.

C’est la première fois que je voyais ça depuis 30 ans que j’entraine des jeunes, et j’espère que ce sera la dernière.

RDV Dimanche prochain à Ruffi pour le choc face à Aix, un adversaire d’un tout autre acabit que Senas.

A nos minots de se remobiliser pour être à la hauteur.

Franck

-12 honneur MP2-MP3 à La Ciotat le 04/03/2017

SUR COURANT ALTERNATIF !!!!!

Dernière journée de la 1ére phase du championnat honneur -12 ans ce samedi 4 mars à La Ciotat. Et quoi de mieux qu’un bon petit derby face à nos copains de Marseille Provence 2 pour clôturer cette 1éré partie de saison, avec la possibilité de terminer dans les 3 premiers de la poule Est.

Inimaginable en début de saison, mais dont le rêve commençait à se transformer petit à petit en possibilité au fur et à mesure que le groupe progressait. Mais voilà. Pour arriver à cet objectif que je m’étais fixé, sans en parler ouvertement aux enfants, il fallait vaincre plusieurs paramètres.

  • Le premier, était tout simplement de vaincre Marseille Provence 2. Plus facile à dire qu’à faire vu le niveau de jeu de nos adversaires.
  • Le second, était mental. Comment convaincre les enfants de ne pas se focaliser sur le résultat, sur justement cette obsession qu’ils avaient de finir 3éme. Le souvenir douloureux de la rencontre face à l’ASPTT était encore vivace dans toutes les têtes.
  • Le troisième, était, éventuellement, de pouvoir compter sur un faux pas d’Aubagne face à La Ciotat. Eventualité à laquelle je ne croyais absolument au vu des performances et du niveau de jeu observé de cette équipe depuis le début de saison.

Bref, c’est cet après-midi que tout se jouait, et je m’inquiétais pour mon équipe, pour mes joueurs. Seraient ils en mesure de tenir le coup mentalement, physiquement, techniquement, face à un adversaire constitué exclusivement de joueurs ayant 3 voire 4 ans de Handball derrière eux ? Au vu du match aller, où nous avions fait mieux que nous défendre, nous avions pris une leçon de Handball en 2éme période lorsqu’il avait fallu passer en attaque placée, où le niveau technique était monté d’un cran et où nos minots avaient eu toutes les peines du monde à trouver des failles dans la défense adverse.

Début de l’échauffement, les enfants ne sont pas concentrés. Ça rigole, ça discute, ça regarde ailleurs que là où se déroule l’exercice, c’est un remake des deux entrainement de la semaine qui avaient été catastrophique d’un point de vue qualité car l’ensemble des enfants était totalement dissipé, retour des vacances oblige, il est difficile de se remettre dans le bain. Petit recadrage nécessaire, et tout rentra dans l’ordre, mais j’étais de plus en plus inquiet, d’autant plus qu’en face, ça s’échauffait consciencieusement, sans fioritures, et ça voulait dire une chose, Marseille Provence 2 était plus motivé que jamais pour ce derby, et ne nous feraient pas de cadeaux.

1ére Mi-Temps :

Et pourtant, nous débutons bien la rencontre. Notre défense est attentive, nous stoppons bien les offensives adverses, et surtout, nous trouvons des solutions offensivement. Après l’ouverture du score par Marseille Provence 2, nous égalisons par Millan qui allait nous faire un match comme rarement j’ai vu de sa part. Premier break pour nos adversaires (3-1) mais nous ne lâchons rien avec un but plein de hargne marqué par Elvyn. Mais notre défense commençait à montrer des signes de fatigue. Le marquage se relâchait, le repli défensif était de plus en plus « oublié » par certains, et MP2 marquait 2 nouveaux buts (5-2).

Temps mort :

Malgré les rotations, les enfants étaient fatigués. C’est qu’en face, ça défendait dur. Une vrai défense de Handball, avec des contacts, parfois rudes mais correct. Le genre de match que j’adore voir car les enfants voient ce qu’est le handball, ils encaissent les coups, ils s’endurcissent, et cela fait également partie de leur formation, car lorsqu’ils seront en -14 ans, ça sera une toute autre affaire.

Retour sur le terrain.

Notre équipe a retrouvé un second souffle et rend coups pour coups. Défensivement, nous sommes là. La défense dure proposée par MP2, c’est nous qui la proposons maintenant. Le contacts sont là, les tireurs sont stoppés, les adversaires n’entrent pas dans les 9m, c’est zone interdite. Il y en a qui finirent à terre des 2 côtés, mais tout se fait dans un excellent état d’esprit. C’est du VRAI Handball. On ne joue pas à la baballe. On joue, on défend, et c’est pareil de l’autre côté, même si certains entraineurs et parents d’autres équipes sont choqués, on ne fait pas de la danse. ON JOUE AU HANDBALL, et je suis enchanté. Nous continuons à trouver des solutions offensives mais ratons beaucoup trop de tirs à 6 mètres, mal récurent de l’équipe. Mais nous nous accrochons. 3-5, 4-6, 5-7, on est là, et on fait mieux que résister. Mais voilà, l’expérience de nos adversaires allait faire la différence sur 3 pertes de balles, des contres fulgurants, et nous passons à 5-10.

Nouveau temps mort :

Les enfants ont pris un coup de massue sur la tête. Ils n’entendent plus rien, sont perdus. Je les secoue un peu, pas de fioritures cette fois ci. Il faut les sortir d leur torpeur, les remotiver. Et ça marcha. Nous retrouvons notre rythme, et notre efficacité. Millan marque 2 buts et Remi 1 but, répondant à deux nouveaux buts sur contre-attaque de MP2. (8-12). Nous sommes présents, les enfants s’encouragent, se parlent sur le terrain. Ce sont de vrai lions qui s’affrontent sur le terrain, et c’est sur le score de 08-12 pour MP2 que se clôtura cette 1ére mi-temps riche en enseignements. L’état d’esprit était excellent. Les enfants en voulaient, ils couraient, défendaient, attaquaient tous azimuts. La différence au score provenait de deux facteurs auxquels je m’attendais logiquement. Notre déficit au tir à 6 mètres, qui nous suit depuis plusieurs matchs, Le niveau de notre adversaire, qui nous était supérieur dans beaucoup de domaines.  Plus tard, les enfants avaient trouvé cela génial. Comme je le disais plus haut, DU VRAI HANDBALL.

2éme Mi-Temps :

Nous reprenons cette mi-temps sur le même rythme que la 1ére, c’est-à-dire, avec une défense 3-2 coulissante, les deux postes avancés face aux porteurs de balle, et les 3 derrière qui contrent et ferment les écoutilles. Thibault marque, répondant à MP2 (09-13), suivit ensuite une période où les deux équipes se rendirent coups pour coups en attaque, où les gardiens, des deux côtés, brillèrent par de superbes arrêts (Kerry et Simon ont été au top ). Mais MP2 commença à appuyer sur l’accélérateur, et on vit tout de suite la différence. Récupérations de balle en défense, contre-attaques, circulation de balle fluide, croisées, tout y passa pour finir les actions seuls à 6 mètres et nous infliger un 5-0 sans discussion (09-18) La différence de niveau venait de parler

Temps mort :

Là, il fallait leur parler, les rassurer. Les enfants se demandaient ce qui venait de leur arriver. Je leur dis que leur adversaire avait tout simplement haussé son niveau de jeu, et qu’il fallait continuer à jouer comme on sait le faire, sans faire attention au score. Apparemment, cela fonctionna puisque Maxime, jusque-là très discret, se réveilla et marqua 2 buts (11-18). Puis survint le fait marquant du match. Millan, auteur d’un excellent match jusque-là, arrive lancé, récupère la balle, tire et marque, mais en se réceptionnant, se fait une entorse à la cheville. Fin de la rencontre pour lui, et gros handicap pour l’équipe qui pourtant ne se découragea pas. Nous enchainons les montées de balle, les occasions à 6 mètres sur le gardien, nos gardiens brillent à tour de rôle, et nous continuons de tenir la distance par des buts d’Elvyn et Maxime (13-20) Et c’est sur deux contre-attaques que MP2 clôturera la marque pour remporter la rencontre sur le score de 22-13. Quel match.

Sur le coup, j’étais déçu du résultat, en compétiteur que je suis. Mais quelques minutes plus tard, avec du recul, je me rendis compte de la performance qu’avaient réalisé nos minots. Ils avaient rencontré l’équipe la plus performante de la poule, l’avait inquiète par moment, et ce, après seulement quelques mois de Handball, révélant une progression énorme depuis le mois de septembre. Et surtout, ils avaient fait preuve de force morale et s’étaient endurcis rapidement pour répondre au défi physique imposé par MP2. Ils ne s’étaient pas défilé, étaient allé au défi du 1 contre 1, en avaient remporté, perdu, ils avaient fait la même chose en défense, et c’était beau à voir.

Conclusion :

Le moral atteint de nos minots grimpa rapidement au zénith lorsqu’ils apprirent que La Ciotat avait battu Aubagne 27-22. Ils l’avaient, leur 3éme place. Quel exploit de la part de ce groupe qui, parti de rien, avait franchi les échelons et les paliers un à un, pour arriver à ce niveau, et ce,  en restant humble et en continuant à travailler aux entrainements avec Angie et moi. Maintenant, ce n’est que la première étape. Car les équipes que nous rencontrerons lors de la 2nde phase seront d’un tout autre accabit, d’un niveau identique voir meilleur que MP2. Mais c’est pour cela que nous faisons du sport, repousser sans cesse ses limites, augmenter sans cesse ses capacités, progresser. L’aventure continue, pour les enfants, pour les parents, pour nous entraineurs. C’est une aventure sportive, une aventure commune entre nous tous, une aventure humaine. Et ce n’est pas fini… !!!!

ASPTT - Marseille Provence 3

Aubagne le 05/02/2017

LA PRESSION ETAIT TROP FORTE !!!!

Dimanche 05 février, se tenait à Aubagne ce que l’on pouvait considérer comme LE choc de la journée, ASPTT – Marseille Provence 3, le match qui donnait la possibilité à l’une ou l’autre équipe de se qualifier directement pour les phases finales du championnat -12 ans Honneur.

En effet, les deux équipes , classées respectivement 1éres et 2ndes au classement, sortaient chacune d’une grosse performance lors de la dernière journée. ASPTT face à Marseille Provence 2 et Marseille Provence 3  face à Aubagne. Aussi, c’est avec cet objectif dans la tête que les enfants se sont entrainés durant ces deux semaines. Mercredi, pas d’entrainement pour les minots pour cause de sortie ski, et seulement 3 enfants présents à Tillion. C’était la mauvaise surprise de la semaine. Bon, il restait Vendredi. Un entrainement basé sur les montées de balles, puis, séparation des groupes avec un travail de tirs pour le groupe standard sous la direction d’Angie, et un travail de circulation de balle en attaque placée, point faible de l’équipe, pour le groupe honneur.

Dimanche 05/02/2017, Gymnase MESONES, AUBAGNE :

Le rendez-vous est donné à 8h30 aux enfants pour le match à 9h00 contre l’ASPTT. La surprise pour les enfants fut la venue de plusieurs de leurs copains jouant en Standard, venus les encourager et les supporter. Direction le vestiaire où la traditionnelle remise des maillots fut effectuée. Et là, je leur réservais une petite surprise. Une fois que tout le monde fut en tenue, je leur fit une petite causerie où je leur expliquais tout le chemin parcouru depuis le mois de septembre, tous les efforts réalisés pour parvenir là où ils étaient parvenus aujourd’hui, et là la fin, un petit montage vidéo de plusieurs messages d’encouragement des parents. Je pensais que cela les aiderai à se transcender pour le match, à se sublimer. Je le pensais. Vraiment. Fortement. J’y croyais.

Marseille Provence 3 – ASPTT

1ére Mi-Temps :

Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’avant match n’eu pas l’effet escompté sur nos minots. On voyait des enfants en retard dans le marquage individuel, des passes ratées, les regards perdus, j’étais inquiet. D’autant plus que les trois premiers tirs furent pour nous, à 6m, tous ratés. Et cela suffit à l’ASPTT pour enclencher la marche avant. 2-0, 4-0, 6-0, on prenait le bouillon de partout. Pourtant, les occasions à 6 mètres étaient nombreuses, mais toutes furent ratées sois par la faute d’un gardien adverse en état de grâce (bravo à lui, il a fait un très grand match), sois par maladresse. En effet, nous marquerons notre premier but à seulement 1 minute de la mi-temps. Inimaginable. On ne comprenait pas avec Angie ce qui se passait. Et c’est sur le score de 7-2 pour l’ASPTT que nous rejoignions les vestiaires à la mi-temps. Et là, premier constat. Certains enfants étaient en pleurs. D’autres râlaient contre l’arbitrage. Le restant était dans un mutisme total, le regard dans le vague, perdu. Il fallait réveiller tout cela. Ce fut très simple. Je leur dis que durant cette mi-temps, nous avions tiré 18 fois au but à 6 mètres, pour seulement deux buts marqués. Que si on avait marqué ne serait-ce que la moitié de ces buts, nous serions largement devant. L’ASPTT n’était pas supérieur à nous, c’est nous qui étions moins fort que l’ASPTT sur le terrain. Ils avaient eu moins  d’occasions que nous, mais en avaient converti beaucoup plus. Je leur dit également que la défense en 3-2 devrait mieux nous convenir, nous mettre en confiance. Cela revigora en partie l’équipe, qui retourna revigorée sur le terrain pour la 2nde mi-temps.

2éme Mi-Temps :

Nous commençons cette mi-temps de la même façon que la première. Notre défense 3-2 fonctionne bien, les contre-attaques se multiplient, mais nous ne marquons toujours pas. Et l’ASPTT reprend le large 9-2.  Le réveil sera sonné par Elvyn, qui marque 2 buts coups sur coups. 9-4 pour l’ASPTT. Mais deux erreurs de défense permettent à nos adversaires de reprendre le large. 11-6. Vint une période où les deux équipes se rendirent coups pour coups, où Simon, puis Kerry, firent des prodiges dans les buts, là où le gardien adverse poursuivait son festival avec 7 nouveaux arrêts à 6 métres sur nos minots. Il reste 3 minutes à jouer, 13-6 pour l’ASPTT qui a de nouveau pris le large sur des contre-attaques suite à nos tirs manqués. Millan tente sa chance à 9 mètres, but, bientôt suivi par Maxime, qui permettra à l’équipe de faire jeu égal sur cette seconde mi-temps.

Et ce fut sur le score de 13-08 que l’ASPTT remporta ce match.

Et là, ce fut la fin du monde dans le vestiaire. Un abattement comme je n’en avais pas vu pas vu depuis longtemps avec les enfants depuis que j’entraine. Les enfants étaient en pleurs. Ils étaient inconsolables. « On n’est pas en finale », « on est éliminé », il fallait éliminer toutes ces mauvaises pensées. Avec Angie, nous nous attachions à leur faire comprendre que, d’accord, ils avaient perdu un match, mais qu’au final, rien n’était perdu. Le nombre de tirs à 6 mètres que nous avons eu (28 tirs à 6 mètres pour Marseille Provence 3), la performance extraordinaire de leur gardien, tout cela pour dire que nos minots n’avaient pas été si nuls que cela puisque, malgré tous ces problèmes, nous ne perdions que de 5 buts. Imaginaient si on avait eu notre réussite habituelle au tir… !!! 

Dans la foulée, Aubagne et Allauch ne purent se départager sur le score de 10 – 10. Ce qui fait que tout se jouera le 04/03/2017 face à l’autre équipe -12 ans du club, Marseille Provence 2, lors d’un match qui promet d’être très énormissime.

Au classement, l’ASPTT est 1er avec 22 points, mais suivent ensuite Marseille Provence 2, Marseille Provence 3 et Aubagne, tous les trois avec 19 pts pour 2 places. Quel final, quel suspense pour cette dernière journée. Mais cette défaite n’est pas à imputer entièrement aux enfants. En tant que coach, je suis fautif moi aussi. En effet, comme je le disais au début de ce résumé, je pensais que le fait de leur faire une causerie avec les vidéos d’encouragement des parents les transcenderaient. Mais j’avais sous-estimé plusieurs facteurs essentiels. L’âge de nos enfants, le facteur émotionnel, la pression du résultat. En effet, à cet âge, on ne maitrise pas, outrés mal, ses émotions. Les enfants ont adoré cette causerie, ils ont trouvé cela très beau. Mais cela les a touché plus que je ne le pensais. Ce qui fait qu’au lieu de se retrouver transcendé par cela, ils se sont retrouvés totalement inhibés par l’enjeu, la pression et surtout les émotions. Et cela est entièrement de ma faute. Dans n’importe quel type de sport, quel que soit le joueur ou l’entraineur, il y a toujours quelque chose à apprendre, et ce, quel que soit l’ancienneté ou l’expérience que l’on a. Dans tous les cas de figure, il faut toujours se remettre en question, voir ce qui n’a pas marché, trouver des solutions. Pour ce dimanche, la solution est toute trouvée.

Le match du 04/03/2017 ne sera pas pour moi un match à enjeu ou avec quelque pression que ce soit. Je veux que ce match soit une fête, où les enfants viendront pour s’amuser, s’éclater sur le terrain, prendre du plaisir. Je veux que ce match soit la fête des -12 ans au club, que les parents encouragent leurs enfants et qu’après, nous puissions faire un goûter, boire un coup ensemble. Si l’on gagne, tant mieux, si l’on perd, tant pis, mais je veux voir une seule chose lors de ce match, ce qui me tient le plus à cœur, ce qui est ma raison principale d’entrainer nos minots, ce que nous avons tous oublié de faire Dimanche à Aubagne :

JOUONS AU HANDBALL !!!!!

championnat Honneur Marseille Provence 3 - Aubagne

Samedi 21/01/2017

Fière de notre équipe 

Les week end se suivent mais ne se ressemblent pas!!!!
Ce samedi 21 janvier 2017, rendez vous au gymnase des Caillols dans le 12ème.. Nous rencontrons Aubagne à 14h. Notre défaite au match "Aller" d'un point nous laisse un gout amer. Il nous faut une revanche... La veille, lors de l'entrainement, je demande aux joueurs sélectionnnés d'être prêt à s'échauffer dès 13h30. La consigne est respectée. Quincy prend les garçons à l'échauffement pendant que je me familiarise avec la feuille de match et surtout que je là
remplisse. Réunion dans les vestiaires, remise des maillots, annonce des 6 joueurs qui commencent. Petite pression de ma part, j'informe mes garçons qu'il n'ont qu' 1 minute pour savoir qui prend qui; le premier que je vois se balader
sur le terrain seul, il sort!

La 1ere mi-temps est un régal. Les garçons ouvrent le score, et surtout ils dérangent l'équipe adverse. Ils ne vont pas les lacher de toute la première mi-temps, Aubagne va peiner à trouver des solutions de passes. Millan, avec sa puissance de tir va participer à l'évolution du score. Maxime, trouve des solutions pour aller au tir et les ballons rentrent. Mais ce que je retiens, c'est un jeu en équipe, qui fait évoluer le score en notre faveur. Mathieu, Elvyn, Dorian, Arthur, Rémi, Sami, Badis jouent ensemble. Kerry, seul gardien de l'équipe est protégé par notre défense, il arrive à faire de très beaux arrets. Le score à la 1er mi-temps est de 12 à 5 pour nos minots. Au coup de sifflet, je demande aux garçons de venir immédiatement dans les vestiaires, car je les vois déjà s'enflamer, se taper dans les mains, comme si le match était fini et gagné. Erreur. Dans les vestiaires, je ne veux pas entendre une mouche voler, je ne veux surtout pas qu'il sortent de l'état de jeux
dans lequel ils se sont mis. Je leurs demande de continuer à géner, mais cette fois-ci en défense placée.

Reprise de la 2ème mi-temps...Aïe ils sont perdus.
Le score se ressere. Un "T" permet à Quincy de faire le point avec les garçons et surtout de leur permettre de redescendre sur terre en leur indiquant que le match est loin d'être gagné et qu'il faut de suite se ressaisir. Nous encaissons en 6mn autant de but que ce que nous avons pris pendant toute la 1ere mi-temps. La seconde partie du match sera plus difficile, les deux équipes joueront à niveau égal. La victoire sera au rendez-vous avec un score final de 18-12 pour Marseille Provence.

Malgré cette 2ème mi-temps, je suis fière de l'équipe. Ils sont heureux, je suis heureuse... de cette victoire.

Angie

 championnat Honneur Marseille Provence 3 - Allauch

Samedi 14/01/2017

MECONNAISSABLES ...!!!

De tous temps, dans tous les sports pratiqués, qu’ils soient individuels ou collectifs, il a toujours été prouvé que le résultat d’une compétition ou d’un match était le reflet des efforts et du travail réalisé aux entrainement. La performances de nos minots samedi après-midi n’a pas dérogé à la règle, tellement sa performance a été insignifiante et dénuée de toute passion sur le terrain. L’agressivité défensive, la solidarité, et surtout, cette gnac qui faisait la force de cette équipe étaient totalement absentes au gymnase Gaillard à Allauch. La victoire 16-08 est certes un bon résultat, mais pour les entraineurs que nous sommes, Angie et moi, c’est une victoire à la Pyrrhus, l’arbre qui cache la forêt. Mais pour arriver à cette perte de niveau vertigineuse depuis Décembre 2016, remontons un peu en arrière :

Samedi 07/01 :

Victoire 17-07 face à La Ciotat, mais au terme d’un match de faible niveau face à une des équipes les plus faibles de la poule. Cela suffisait à nos minots, mais je m’inquiétais de cette baisse de niveau de jeu. Avec Angie, nous nous disions que cela passerait avec les 2 entrainements qui arriveraient dans la semaine suivante afin de pouvoir évoluer à notre niveau face à Allauch.

Mercredi 11/01 :

Entrainement très compliqué. Des enfants dissipés, surexcités, qui n’écoutent pas les consignes des exercices de Lionel. Les exercices de passes sont catastrophiques. On se serait cru à la cour de récréation.

Vendredi 13/01 :

L’entrainement de Bois Luzy est la copie conforme de celui de Mercredi. L’exercice du criss-cross est une calamité. Même les -12 honneur ne parviennent pas à aligner 2 passes d’affilée, alors qu’ils maitrisaient parfaitement cet exercice en 12/2016. Les évaluations réalisées durant cet entrainement et les matchs qui suivirent révélèrent ce que nous redoutions avec Angie : Nos minots avaient baissé dans tous les secteurs de jeu, que ce soit au poste de Gardien, Arrière, Ailier, Transmissions de balles, Passes et Tirs. Tout était en négatif. Vraiment, je me demandais comment allait se dérouler le match à Allauch.

SAMEDI 14/01/2017 : GYMNASE GAILLARD, ALLAUCH

Tout le monde est à l’heure pour cette rencontre face à Allauch. Une rencontre qui nous permettrait, en cas de victoire, de revenir à 1 point du trio Aubagne / ASPTT / Marseille Provence 2. Après avoir assisté à la victoire de Marseille Provence 2  face à Aubagne , c’était à notre tour d’entrer dans l’arène, avec deux nouvelles têtes dans l’équipe : Kerrydine, comme nouveau gardien de but de l’équipe avec Simon, qui se voit récompensé, là, pour sa performance remarquée au plateau standard la semaine dernièreMattéo, qui venait pour découvrir le niveau du championnat honneur.

L’échauffement, géré par Angie, se déroule bien, les Gardiens sont attentifs et les joueurs appliqués, bref, tous les voyants sont au vert. Du moins, on le croyait.

1ere Mi-Temps :

Dès le début du match, notre équipe est prise à la gorge par une équipe d’Allauch débordante d’énergie et de vivacité. On voit beaucoup de mauvaises passes, de ballons rendus à l’adversaire. Notre défense individuelle est laxiste, et Allauch prend le large 2-0, puis 3-1 malgré un but d’Arthur. Les occasions à 6 m se terminent sur le gardien adverse, le marquage des joueurs s’effectue à 3 m de nos adversaires, on n’y est pas du tout. Au lieu de jouer à notre niveau, nous nous mettions au niveau de nos adversaires du jour. Et le score évolue, 4-2, 5-3 pour Allauch malgré la bonne performance de Kerrydine dans les buts, auteur de 7 arrêts pour ses débuts. Temps mort : les enfants sont apathiques, il faut les réveiller.

Arthur et Sami sortent et sont remplacés par Thibault et Matteo, Kerrydine sort remplacé par Simon. J’attends un déclic. Et il se produisit dans la minute suivante. Notre défense devint plus compacte et un regain d’agressivité en défense nous permit de récupérer des ballons de contre-attaque, permettant à Maxime, Noé de marquer 2 buts en 1 minute. Arthur fait sa rentrée et marque dans la foulée. En 2 minutes, nous venions d’inverser la tendance en infligeant un 3-0 à nos adversaires. Je me dis que ça y  est, c’était parti pour de bon. Et bien non. Nous retombons dans nos travers et Allauch marquait de nouveau 2 buts pour reprendre l’avantage 7-6 sur deux énormes erreurs défensives d’Arthur et Maxime, pour tant pas habitués à laisser leurs adversaires partir seuls en contre – attaque. Mais une interception de Maxime et un but de Noé nous permirent de virer en tête à la pause sur le score de 8-7. Mais je n’étais pas rassuré pour autant, tellement cette 1ére mi-temps fut poussive.

Le  briefing à la mi-temps fut surtout un rappel des fondamentaux indispensables pour pouvoir effectuer un bon match, c’est-à-dire :

  • Solidarité entre équipiers
  • Jeu collectif
  • Repli défensif

Les enfants n’en menaient pas large. Ils savaient qu’ils venaient de réaliser la pire 1ére mi-temps depuis le début de la saison. Inutile de les accabler et d’enfoncer le clou.

2eme mi-temps :

C’est une toute autre équipe qui débuta cette 2éme mi-temps. Le passage en 3-2 fut déterminant, car nos minots trouvèrent leurs repères défensifs immédiatement. L’agressivité défensive était de retour, le placement cohérent, le bloc défensif plus compact, ce qui nous permettait de récupérer beaucoup de ballons où Arthur et Elvyn faisaient des merveille en semant la panique dans la défense adverse, d’autant plus que Simon, revigoré par la concurrence et la performance de Kerrydine dans les buts, sortait le grand jeu, avec pas moins de 6 arrêts d’affilée et un penalty arrêté. Thibault (2 fois), Elvyn et Maxime (2 fois) permirent aux Marseillais de prendre le large 13-07. Nous venions d’infliger un 5-0 en l’espace de 7 minutes. Et cela aurait pu être beaucoup mieux si nos minots n’avaient pas gâché un nombre incalculable de contre-attaques par Arthur et Elvyn, comme cette attaque où Elvyn par tout seul en dribble et se mélange les pinceaux en dribblant avant de perdre le ballon, idem pour Arthur 2 minutes auparavant. Et je ne parle pas des tirs sur le gardien à 6 mètres, des zones et des marchés annulant un but et des tirs sur les réducteurs à 6 mètres. Cette 2éme mi-temps était totalement à notre avantage, d’autant que notre adversaire, peu à l’aise en attaque placée, baissait de pied physiquement . Allauch réduit la marque à 13-08, mais deux nouveaux buts de Maxime et 1 de Noé permirent à Marseille Provence 3 de l’emporter sur le score de 16 – 08. Mais que ce fut dur.

Contrairement à la semaine dernière, pas d’effusion de joie dans le vestiaire, les enfants avaient bien conscience d’être passé en partie à côté de leur match. Ils savent que la semaine prochaine face à Aubagne, ce ne sera pas du tout la même affaire. Angie expliqua aux enfants que la majorité des tirs réussis aujourd’hui avaient peu de chance de passer face à Aubagne. Ce qui est tout à fait réaliste si l’on se réfère au match précédent. Mais un problème subsistait toujours dans nos esprits. Comment sommes-nous arrivé à baisser autant de niveau après avoir atteint un niveau très bon en fin d’année. Est-ce le reliquat des vacances de Noel ? Est-ce un excès de confiance de la part de notre équipe ? Est-ce tout simplement un passage à vide de nos minots ? Toujours est-il qu’il va falloir se réveiller si l’on veut finir dans les 3 premiers de la poule, autrement, nous risquons d’aller au-devant de grosses désillusions.

Un championnat est comme une course à étapes, nous avons disputé les étapes sur plat, avec un sprint à l’arrivée de chacune d’entre elles, mais maintenant, nous allons nous attaquer aux cols, avec le Tourmalet et l’Aubisque pour Aubagne et l’ASPTT, pour finir par l’Alpe d’Huez avec Marseille Provence 2. En travaillant et en étant sérieux à l’entrainement, nous pouvons y arriver. J’en suis sûr, j’en suis persuadé. J’y crois. Mais pour cela, il faudra que les enfants face preuve de plus de maturité dans le jeu et dans la discipline, en match comme à l’entrainement. Et ils nous doivent une revanche.

RDV Mercredi à l’entrainement.

Franck et Angie

Marseille Provence 3 - La Ciotat

Gymnase des Caillols le 07/01/2016

Un bon petit match de reprise de nos « FADAS » …!!!!

On sait pertinemment que les vacances peuvent être difficiles à digérer par les équipes, et ce, quel que soit le sport collectif concerné. L’équipe de nos minots n’a pas dérogée à la règle.

Sans entrainement depuis le 14/12/2016, les enfants se sont retrouvés le Mercredi de la rentrée pour un seul entrainement avant le match face à La Ciotat, l’entrainement du vendredi ayant été supprimé  France – Russie oblige. Du coup, en 1h d’entrainement, il était impossible de retrouver le niveau collectif de notre équipe atteint en Novembre et Décembre. Et au vu du contenu proposé par les enfants à l’entrainement de Mercredi, j’étais inquiet, très inquiet même. Cet entrainement ne fut qu’une succession de passes et tirs ratés, placements approximatifs, replis défensifs catastrophiques voire inexistants, bref, les enfants étaient encore en vacances. A la fin de l’entrainement, il a fallu que je hausse sérieusement le ton pour que le minots comprennent que s’ils ne se mettaient pas sérieusement au travail, ils risquaient de passer leur samedi après-midi chez eux ou à regarder les copains jouer dans les tribunes.

Samedi 07/01/2016 13h00

 J’arrive le premier au gymnase des Caillols, un des moments que je préfère. Personne dans le gymnase, juste le silence de la salle, juste moi, au milieu du terrain, qui m’imprègne de cette ambiance, où beaucoup de souvenirs présents dans cette salle me reviennent. Et puis, il faut se mettre au boulot. Fixation des réducteurs de buts, mise en place de l’ordinateur et de la table de marque, accueil des équipes, bref, les choses sérieuses commencent. Les équipes de l’ASPTT et Aubagne arrivent pour le premier match de ce plateau.

Ces deux équipes nous proposeront une superbe rencontre (15-13 pour Aubagne) arbitrée par Elvyn et Arthur, auteurs d’une belle prestation. Puis, vint enfin notre tour.

Remise des maillots tout fraichement floqués de notre nouveau sponsor WIKO (il fallait voir le regard des enfants dans le vestiaire, qu’est-ce qu’ils étaient fiers … !!) et surtout, la remise du maillot de Gardien à Simon. Depuis le temps qu’il attendait ça, je pense qu’il aurait été prêt à dormir avec s’il l’avait pu. Arriva alors l’échauffement. Et là, je vis de suite que cela n’allait pas, mais alors pas du tout. Comme Mercredi, les enfants étaient dissipé, les passes étaient dilettantes, les tirs réalisés n’importe comment. Il fallait recadrer tout cela une bonne fois pour toute. Je crois que le Gymnase des Caillols raisonne encore de la gueulante poussée à ce moment-là. Mais ce fut salutaire car ensuite, tout rentra dans l’ordre, avec un échauffement du gardien bien effectué, de la vitesse dans les transmissions, bref, la concentration était revenue. 

Marseille Provence 3 – La Ciotat :

1ére Mi-temps

D’emblée, nous exerçons un pressing individuel sur nos adversaires dans notre moitié de terrain, ce qui nous faisait récupérer un grand nombre de ballons et de contre-attaques. Malheureusement, dans les 2 premières minutes, nous récupérons 4 ballons mais tirons sois à côté, sois sur le gardien. Il fallut attendre la 2éme minute pour voir Maxime débloquer le compteur, bientôt imité par Arthur, 2-0, puis 3-1 grâce à Millan, et  ce n’est pas cher payé. La Ciotat fait ce qu’elle peut, mais parvient par marquer sur une erreur défensive de notre part, mais nous repartons vers l’avant, récupérons de plus en plus de ballons et les contre-attaques fusent. Rémi puis Maxime aggravent la marque (5-2), mais notre marquage est faible, nos joueurs ne défendent plus, ou sont à 2-3 mètres de leur adversaire direct, ce qui permet à La Ciotat de revenir dans le match (6-4). 

Temps mort : Il était temps de faire des changements. Tout d’abord, bien expliquer aux enfants que le repli défensif est indispensable au handball, et que ceux qui ne défendaient pas sortaient de suite, il y avait des remplaçants. Ce fut fait avec 4 changements sur 5 présents sur le terrain. Ensuite, rappeler que pour marquer des buts, il faut tirer d’abord dans le but. Ce qui était loin, même très loin d’être le cas lors de cette 1ére période.  Nous reprenons le jeu de la meilleure des façons par un 3-0 sur des contre-attaques d’Arthur, Nicolas et Thibault, puis Millan pris les choses en main en marquant un but et une passe décisive pour Noé, pour atteindre la mi-temps sur le score de 11-06. Un bon score, mais qui ne me satisfaisait pas du tout au vu de la performance individuelle et collective des enfants Et le pire, c’est que les enfants étaient contents. Ils menaient de 5 buts, pour eux, c’était l’essentiel. Je leur posais alors dans le vestiaire une question, une seule et unique question. Est-ce qu’en jouant comme ça, on avait une chance de battre Aubagne ou CSMP2 ? Après 10 sec de réflexion, ils répondirent non et tout alla mieux. Les enfants écoutèrent les consignes ET les conseils que je leurs donnaient, et en avant pour la 2éme Mi-Temps

 2éme Mi-Temps :

 C’est toujours la période la plus compliquée pour les minots, celle où l’on évolue en 3-2 en défense et en attaque placée, où nous sommes obligés de faire circuler le ballon. Nous démarrons bien la 2éme mi-temps par un but de Mathieu, bientôt suivi par Millan qui effectuait une superbe rentrée après 2 mois d’absence (13-06). Notre défense était solide, même si dés fois on voyait des placements approximatifs (Elvyn, ne monte pas trop haut quand tu es arrière en défense 3-2). La Ciotat avait des opportunités, mais Simon veillait au grain derrière. Et nous continuons notre avancée, avec un nouveau but de Maxime immédiatement suivi par Elvyn (15-06). Il est temps de faire entrer les remplaçants. Nicolas et Noé se montrent aux avant-postes, Mathieu sort enfin un peu de  sa coquille, Sami retrouve des couleurs et en fait voir des vertes et des pas mures à son adversaire, et Thibault fait montrer sa malice légendaire sur le terrain, récupérant des ballons et prenant ses responsabilités comme demi centre en attaque. Elvyn marque un nouveau but et Sami clôture la marque, sur le score de 17-07 pour Marseille Provence 3.  Ambiance de feu dans les vestiaires (la vidéo mise sur Facebook est révélatrice). Mais un entraineur doit savoir prendre du recul et ne surtout pas s’enflammer. Malgré le score, n’oublions pas que nous avons rencontré une des équipes les plus faibles de la poule. Les rencontres face à l’ASPTT, Aubagne et surtout Marseille Provence 2 seront d’un tout autre acabits. Il y a beaucoup de travail à faire si l’on veut atteindre le niveau de ces deux équipes. Mais surtout, l’objectif que je m’étais fixé pour cette équipe, c’était de finir dans les 3 premiers de la poule.

Nous en avons largement les moyens, il suffit de mettre la moitié de ce que nous ratons comme buts. Alors, à compter d’aujourd’hui, tout le monde au boulot. Le niveau de l’entrainement va petit à petit monter d’un cran, mais c’est dans un seul et unique but. Que mon équipe de « FADAS » come je les appelle désormais, puisse se mettre au niveau des équipes de haut de tableau et vivre une fin de saison fantastique

 Franck

Marseille Provence 2 - Marseille Provence 3

Mercredi 6 décembre 2016

C’était une vraie rencontre de compétition…

Dernier match de l’année pour nos minots dans ce championnat -12 ans honneur, qui marquera également la fin des matchs aller. Une rencontre qui se disputait Mercredi 07/12 aux caillols, fête de Noel du club oblige.

Pour le moment, bilan équilibré pour notre équipe avec 2 victoires et deux défaites (très courtes) face à Aubagne et ASPTT.

Entrainement du Vendredi 02/12/2016

Délocalisé à Tillion, les enfants eurent droit à un entrainement dynamique basé sur les passes et lancements de jeu avec tirs au bout sous les ordres de Quincy et Angie, pendant que Franck s’occupait spécifiquement de Simon dans les buts. Ces exercices démontrèrent que nos petits étaient en train de franchir un nouveau cap, la progression constante observée depuis maintenant 2 mois se confirmait.

Samedi 03/12/2016

Match abouti de nos minots face à l’ASPTT (voir résumé d’Angie sur le site), la progression se poursuivait, mais il reste du travail à faire

Mercredi 07/12/2016

Tout le monde est présent à 17h au gymnase des Caillols, malgrè un entrainement de moins sur la semaine. Et un manque de travail et de recadrage sur certains défauts observés lors du dernier match comme nous le faisons chaque semaine. Malgré cela, après un échauffement sérieux, où nous trouvons, Angie et moi, les enfants très concentrés et appliqués, retour aux vestiaires pour la remise des maillots et le petit briefing d’avant match. Je leur dis les choses suivantes : « Ne pas se focaliser sur leur adversaire. Ce n’est pas parce qu’ils s’entrainent à un niveau supérieur que l’on sera ridicule. Ils ont des bras, ils ont des jambes, tout comme nous.  Si on joue notre jeu en défense, on a des chances de les contrarier, notamment sur les montées de balles. Pas d’esprit de revanche. Ce qui compte, c’est notre équipe. Celui qui ne revient pas en défense et ne défend pas sort tout de suite, on a des remplaçants »

De plus Angie rappelle aux enfants les erreurs observées lors du dernier match, les encourage et leur donne certains conseils de placements pour le début de match

1ere mi-temps :

Tout ce que l’on peut dire, c’est que ce match débutait de la meilleure des façons pour les deux équipes. Défense tout terrain agressive des deux côtés, montée de balle rapide à deux ou trois passes, démarquages, tirs, le rythme de cette première mi-temps était effréné. Et une chose était certaine, c’est que MARSEILLE PROVENCE3 ne souffrait absolument pas de la comparaison vis-à-vis de son adversaire. Et c’est notre équipe qui ouvrait le score par Arthur sur une défense agressive et une récupération de balle de Maxime qui lançait notre petite flèche vers le but. MARSEILLE PROVENCE2 répondait du tac au tac, avec un Léo et un Baptiste intenables sur leur côté droit, et un Clément qui commençait à trouver ses marques. 2-2, 3-3, les équipes se tenaient, jusqu’au premier tournant du match. Récupération de Maxime pour Arthur qui se présente tout seul à 6 mètres et qui rate. Contre-attaque de MARSEILLE PROVENCE2, but de Léo. Attaque rapide de Maxime pour Rémi à 6 mètres qui tire sur le Gardien, contre-attaque de Baptiste qui marque. Nos minots n’allaient pas s’en remettre. MARSEILLE PROVENCE2 venait de faire le break en 30 secondes, portant le score à 7-5 pour MARSEILLE PROVENCE2 à la mi-temps.

Les enfants étaient abattus, surtout Simon, qui enrageait sur le fait de perdre à la mi-temps alors que nous avions fait jeu égal sur quasiment toute la 1éere période. Il fallait recadrer tout cela.

Le marquage en individuel effectué à 3 mètres de son adversaire, le placement défectueux de certains en défense (il faut se mettre entre le but et son adversaire, ne pas l’avoir dans son dos, …), autant de détails qui ne pardonnent pas face à un adversaire de ce niveau.

Mais il y avait beaucoup de positif à retenir. La combativité et l’état d’esprit ne nous ont jamais fait défaut, notre défense a considérablement gêné notre adversaire, pourtant habitué à ce type de jeu, et surtout, nous nous sommes créé une multitude d’occasions.

La seule différence à ce moment précis du match, c’est la finition. Nous ratons beaucoup trop d’occasions à 6 mètres quand MARSEILLE PROVENCE2 en concrétise une grande partie.

Il ne manquait pas grand-chose pour créer l’exploit, mais le plus dur était à venir : le passage en attaque placée. Je redoutais énormément cette 2éme mi-temps car nos enfants sont encore en phase d’apprentissage de ce type de jeu, quand notre adversaire est déjà rodé à tout ce qui est circulation de balle, démarquage vers le but lancé, passes dans la course du collègue, ça promettait d’être compliqué.

ET CA LE FUT VRAIMENT !!!!!!!!

2eme  mi-temps :

Le trou noir. Nos enfants étaient asphyxiés en attaque par la défense 3-2 de MARSEILLE PROVENCE2. Déplacement approximatifs, passes hasardeuses, mauvais timing dans les courses, nous perdions beaucoup trop de ballons. Cela fournissait un nombre incalculable de contre-attaques à nos adversaires qui n’en demandaient pas tant, et qui nous infligeaient d’entrée un 5-0 pour porter le score à 12-05 après 8 minutes de jeu.

Temps mort demandé en urgence.

Les enfants regardaient par terre, le regard vide, abattu. Il avaient pris un coup de massue sur la tête. Il fallait secouer un peu le cocotier. Et ce fut Angie qui s’en occupa, avec psychologie, mais en haussant suffisamment le ton pour faire comprendre aux enfants qu’il fallait se secouer un peu.

Etant resté en retrait, je n’avais pas entendu tout ce qu’Angie avait dit aux enfants, mais il faut croire qu’elle avait déclenché le déclic que nous attendions depuis le début du match. La défense 3-2 devint plus mobile, l’agressivité défensive était de retour (parfois un peu trop, attention Elvyn…), et surtout, Simon fermait les écoutilles. Et ce n’est pas tout. Dès la récupération de balle, nous montions le ballon à 100 à l’heure, et chacune de nos montées de balle se finissait par une occasion à 6 mètres.

12-06, 12-07, on grignotait notre retard, et surtout, ON AVAIT RETROUVE NOTRE EQUIPE ET NOTRE AME. Il reste 3 minutes à jouer, notre défense est de plus en plus performante avec un Elvyn, auteur d’un match somptueux aussi bien en défense qu’en attaque, qui bloque chaque adversaire passant à sa portées, un Maxime qui retrouve petit à petit ses marques, un Remi plus filou que jamais en défense et qui récupère un nombre incalculable de ballons de contre-attaque, d’un Arthur toujours aussi combatif, et d’un Mathieu qui signa une grosse performance défensive.

Malheureusement, nous nous créons 3 nouvelles occasions à 6 mètres que nous mettons à côté ou sur le gardien, et face à MARSEILLE PROVENCE2, habitué à évoluer à un niveau supérieur, ne serait-ce  qu’au niveau de leurs entrainements, parvint à marquer sur chacun des tirs ratés de notre équipe. Le but marqué par Elvyn à 20 secondes de la fin atténuera le sentiment que nous n’étions pas loin de notre adversaire, mais trop pour le moment pour nous permettre de tenir un match entier face à eux.

Conclusion :

Face à un adversaire qui nous a donné une leçon de simplicité dans le jeu et une maitrise technique nettement supérieure à notre équipe, nos minots ont pu voir le chemin qu’il reste à parcourir pour nous hisser au niveau des -12 en catégorie supérieure. N’oublions pas que MARSEILLE PROVENCE2 est constitué principalement de joueurs ayant déjà un certain bagage technique et au moins 3 voire 4 ans de handball derrière eux quand notre équipe est constitué pour la majorité de joueurs débutants ou première année.

La progression de nos joueurs est conséquente, voire impressionnante pour certains, mais il est beaucoup trop tôt pour prétendre rivaliser avec les équipes de Quincy et Sylvain. Mais j’ai une confiance totale en nos minots, car ils vont continuer à progresser, à apprendre de leurs erreurs. Ils vont continuer à s’améliorer techniquement, mais également tactiquement, et alors, au mois de Mars, on aura notre revanche.

Et là, peut être que le fossé sera comblé, en partie ou totalement, mais nous serons là et nous vendrons chérement notre peau.

MARSEILLE PROVENCE 3 LES LIONS DE TILLION

Franck

Rencontre des - de 12ans Honneur

samedi 03 décembre 2016.

Le rendez vous est pris !!!

Dés notre arrivée, je prend l'équipe quasi au complet (7 joueurs sur 8). Mis au calme,  je leur faire part de ce que j'attends d'eux au cours du match. Je leur demande de ne pas attendre le début de match pour rentrer mentalement dans le jeux, mais je souhaite qu'ils se concentrent immédiatement. Ils sont réceptifs et immédiatement mettent mes consignes en action.

Nous jouons le 1er match, il nous faut donc s'échauffer rapidement. Ouf !!! Notre 8ème joueur arrive, nous sommes au complet. Je demande à Maxime, Capitaine de l'équipe de prendre l'échauffement en main et demande à l'équipe de respecter les consignes de Max le temps de remplir la feuille de match. Et c'est parti, les garçons s'échauffent individuellement et prennent le temps d'échauffer notre gardien (Simon). je vois le regard fébrile de mes garçons quand ils constatent que face à eux c'est une équipe de 12 joueurs qu'ils vont rencontrer et que la moitié font la taille de notre capitaine Maxime.

Avant de commencer ; Coup de sifflet pour un repli dans les vestiaires. Consignes : jouons stratégique.
La 1ere mi-temps ne nous épargne pas. Elle est difficile. La défense individuelle nous fatigue. Nous plions, prenons des buts, quelques poteaux rentrants et une défense en strict sur notre capitaine. Après 18mn de jeux, le constat est dur :  9 à 5 pour l'ASPTT. Nous essayons de tenir mais ils sont grands et nombreux.... Nous décidons de mettre en place la défense placée en 2ème mi-temps. Je demande de jouer collectif, de multiplier les passes, d'observer l'équipier seul et de ne pas regarder que son copain. Jouons en EQUIPE. Rémi et Thibault, bien que plus petits en taille que leurs adversaires, montrent qu'ils sont les plus grands dans la récupération de ballon. Ils sont excellents ! Simon nous fait de superbes arrêts. Le match change de tournure. Nous sentons maintenant que nous sommes sur le terrain !!! Nos adversaires aussi....Chacun trouve sa place dans la défense placée. Le score se resserre. Nous sommes là !
L'ASPTT peinera à marquer un but pendant cette 2ème mi-temps. Au coup de sifflet final, le score est de 10 à 8 pour l'ASPTT.

On se regroupe, on fait un bilan : Oui nous avons perdu ! Mais ce que nous retenons est que nous avons gagné la 2ème mi-temps.

Merci aux parents qui sont restés pour nous encourager, merci pour les crêpes qui nous ont réconforté.
On lâche rien...

Angie

Dimanche 20 novembre

Aubagne(1) - Marseille Provence(3)

UN COEUR GROS COMME ÇA ….!!!!!!!!!

Ce qui fait la beauté de notre sport, c’est qu’à n’importe quel moment on peut assister à des renversement de situation, et ce, d’un côté ou de l’autre du terrain. Le scénario du match en -12 ans honneur Aubagne – Marseille Provence 3 n’aura pas failli à cette sacro-sainte règle. Il reste 10 secondes à jouer, 14-14 entre les deux équipes. Aubagne récupère la balle dans son camp, en 3 passes ils sont devant nos 9 mètres. La balle circule jusqu’à ce qu’un aubagnais se lance et marque d’un tir imparable pour notre gardien. 15-14 pour Aubagne, il restait 3 secondes à jouer.

La déception est grande pour les enfants, mais ils ne doivent pas oublier que, durant 35 min 50 sec, ils auront malmené, inquiété, fait douté peut être la meilleure équipe de la poule.

4 Jours avant : Entrainement de Mercredi à Tillion

Après le match gagné face à Allauch, et après avoir assisté à la victoire de Marseille Provence 2 face à Aubagne à la dernière seconde (tiens tiens), je me disais qu’il était temps de monter d’un cran le niveau de l’entrainement pour nos -12 ans honneur.

Jusqu’à présent, nous faisions beaucoup de tirs, de petits matchs pour permettre aux enfants de prendre leurs repères sur le terrain, mais parallèlement à cela, nous perdions du terrain sur nos adversaires au niveau de l’attaque placée et de la circulation de balle. Aussi, après avoir passé ma soirée de Mardi à élaborer un cycle d’entrainement de 2 mois sur ce thème, il était grand temps de passer aux actes. Durant 1h00, les enfants aller apprendre le positionnement, le timing des passes, comment se lancer, …etc. Et ça ne faisait que commencer.

2 Jours avant : Entrainement Vendredi à Bois Luzy 

Beaucoup de travail de montée de balle avec tir lancé obligatoire. On monte d’un cran le niveau d’exigences, les enfants s’en rendent compte. Mais il faut en passer par là.

Dimanche matin, 8h30, Gymnase Mesones à Aubagne 

Les enfants arrivent au fur et à mesure pour l’échauffement. Mais surtout, on voyait que certains n’étaient pas rassuré, surtout après avoir assisté au match de la semaine passée Marseille Provence 2 – Aubagne à Bois Luzy. Aussi, avais-je pris « seulement » 10 joueurs pour permettre à tous ceux présents sur le banc d’avoir plus de temps de jeu. Mais quelle ne fut pas ma surprise de voir arriver Romain et Léo, évoluant habituellement avec Marseille 2, me disant qu’ils avaient RDV ici ce matin avec leur équipe. Comme il était hors de question de les renvoyer chez eux, je les intégrais dans l’équipe, mais cela signifiait que les enfants joueraient moins longtemps sur le terrain. Tous mes plans de rotation étaient fichu en l’air.

1ére Mi-Temps :

Le match débutait tambour battant pour les deux équipes. Défense agressive, récupération de balle et transmission immédiate vers l’avant, on assistait à un très beau match de Handball pour un niveau Honneur. Et notre travail défensif allait être récompensé par une récupération de Maxime qui transmet à Arthur qui marque. Bis répétita quelques secondes plus tard. Les aubagnais, surpris par cette défense agressive, avaient du mal à lancer leurs tireurs, ou, quand ils y arrivaient, se trouvaient face à un Simon en pleine forme. Mais Aubagne se réveillait et marquait 3 buts d’affilée, permettant à leur équipe de prendre l’avantage (Aubagne 3-2 Marseille). Alors que l’on croyait Aubagne lancé, nos minots repartaient de plus belle en infligeant un 3-0 par Léo, Rémi et Arthur, et le chassé-croisé continuait (Aubagne 3-5 Marseille).

Les 2 équipes jouaient- superbement bien. On assistait à des actions d’un bout à l’autre du terrain, en passes, sans dribbles, ponctuées par des tirs et de superbes arrêts des deux gardiens, à des montées de balles en 3 passes terminées par un tir, on en prenait plein les yeux.  Et Marseille continuait de pousser ses actions avec Arthur et Maxime qui marquaient, toujours en mouvement, sur des passes de Léo et Romain, nous permettant de creuser un premier écart (Aubagne 4-7 Marseille). Et Aubagne inversait de nouveau la tendance en marquant 2 fois, revenant à 1 buts, mais c’est sur un dernier but de Thibaut sur contre-attaque lancée par Badis  que nos minots atteignirent la mi-temps en tête sur le score 8-6 pour notre équipe. Je pensais que j’allais avoir à faire à des enfants surexcités dans le vestiaire, il n’en fut rien. D’un calme OLYMPIEN devrais-je dire ?

En fait, il n’y avait pas de discours à tenir, juste à leur dire de continuer comme ça, avec la même volonté que celle démontrée en 1ére mi-temps. Mais je les avertis quand même que le moment de vérité arrivait. La fameuse deuxième mi-temps avec attaque placée et défense étagée. Un moment que je redoutais énormément, mais apparemment pas eux.

2éme mi-temps :

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que je fus scotché par le début en fanfare des enfants. Le bloc défensif en 3-2 se déplaçait bien, les tireurs étaient bloqué par nos deux postes avancé, Léo et Arthur, et derrière, ça fermait les écoutilles avec Maxime, Elvin et Sami. Mais surtout, on récupérait toujours autant de ballons et les montées de balles fusaient avec Arthur et Léo qui étaient à la conclusion. Je regardais le tableau d’affichage et n’en croyait pas mes yeux. Aubagne 6-10 Marseille, puis 7-11 à 4 minutes de la fin grâce à un but de Léo. Mais Aubagne sortait petit à petit la tête de l’eau.

Leur défense était plus haute et glissait plus vite, récupérait de plus en plus de ballons, et de ce fait, remettait en confiance ses tireurs. Il reste 4 minutes à jouer, 11-8 pour Marseille. Nos minots donnent tout ce qu’ils ont face à des vagues aubagnaises de plus en plus fortes, venant se heurter à notre défense avec de plus en plus de fracas. Notre défense allait elle tenir le coup ? Contre-attaque de Léo qui marque, mais sur l’engagement, Aubagne en fait de même. Dans la continuité, Tir de Maxime arrêté par le gardien, nouvelle action d’Aubagne, qui marque de nouveau, 12-10 pour nous, puis 12-11, puis 12-12 sur un nouveau but conclu sur une action magnifique aubagnaise ponctuée par une croisée et un tir plein centre.

Temps mort.

Il reste 3 minutes 30 et nous sommes à égalité. Il faut calmer les enfants, on voit de la panique dans leurs yeux. Du calme, les gars. Je leur explique que, si l’on joue comme d’habitude, on va de nouveau marquer. Il ne faut pas forcer les tirs, faire les passes à coup sûr, et surtout, défendre ensemble comme on l’a si bien fait en 1ére mi-temps et en début de seconde mi-temps. Et c’est ce qui se passa.

Nos remplaçants sur le banc encourageaient leurs copains, idem côté Aubagne. On se serait cru dans un stade vélodrome en fusion. Le bloc devint plus solide, plus agressif, les tireurs adverses, gênés, tiraient à côté ou sur Simon, qui poursuivait son festival. Récupération de Léo pour Arthur qui marque, on reprend l’avantage. 13-12 pour Marseille. Mais Aubagne avait monté d’un cran son niveau et leur tireur avait compris le point faible de Simon, les tirs en hauteur. Et il inscrivit coup sur coup 2 buts, permettant à Aubagne prendre l’avantage 14-13. Mais nos minots ne lâchaient rien et, sur une excellente attaque placée, marquaient par Léo sur un décalage de Sami. 14-14. IL restait 10 secondes à jouer jusqu’à ce dénouement cruel, permettant à Aubagne de remporter ce match 15-14. Les enfants étaient déçu. Certains en pleurs.

Je les prenais dans mes bras, chacun leur tour, en leur disant un petit mot car ils avaient tous, des titulaires aux remplaçants, exceptionnels. Ils s’étaient entraidé sur le terrain, encouragé entre eux, fait montre d’un esprit d’équipe et de corps que je n’avais jamais vu jusque là. Un groupe était né. Pas un  groupe de 4-5 joueurs et les remplaçants derrière. Non, un groupe de 12 joueurs, donnant tout dès qu’ils sont sur le terrain. Roland, ancien entraineur du club, qui les connaissait presque tous, vint également leur parler et les féliciter pour leur performance, qu’en jouant de la sorte, ils ne pourraient que progresser à grands pas. Le fait d’avoir entendu cela leur redonna le sourire, et c’est sous un tonnerre d’applaudissements, de parents Aubagnais et Marseillais, que nos minots furent salué après ce match. Certains n’avaient encore jamais vu ça. Nous avons assisté à un match d’un niveau limite Haut, des deux côté.

Quand on voit deux équipes se donner à fond comme ce fut le cas Dimanche matin, nous, entraineurs, pouvons dire que nous sommes heureux, voir même chanceux. Car le frisson ressenti hier sur le terrain, l’était aussi sur le banc ainsi que dans les tribunes. Les enfants, tous les joueurs, des deux côtés, nous ont donné du bonheur. N’est-ce pas pour cela à la base, que nous mettons nos enfants au sport ? Prendre et donner du plaisir sur le terrain, voici l’essence même de ce que pourquoi nous entrainons les enfants dans ce magnifique sport qu’est le Handball. Et lorsque l’on obtient un match de la qualité de celui de dimanche matin, on ne pense qu’à une seule chose.

Vivement Mercredi pour l’entrainement et le prochain match.

Un entraineur Heureux

Franck

Dimanche 6 novembre

LA VICTOIRE EST AU BOUT, MAIS …!!!!!

Début du championnat -12 honneur ce dimanche 06/11/2016 pour l’équipe 3 de Marseille Provence Hnadball. Pendant que l’équipe 2 de Quincy allait en découdre à Allauch, nos minots allaient affronter l’équipe de La Ciotat. Une équipe que nous avions déjà affronté en plateau standard, avec une lourde défaite à la clé.

C’est donc avec un fort à priori que je me déplaçais avec mon équipe ce dimanche matin. Pour moi, c’était clair comme de l’eau de roche. L’équipe que nous avions affronté il y a un mois avait nettement le niveau pour évoluer dans la poule du dessus, du même niveau que Cassis, qui avait battu les deux équipes honneur à plate couture. Mais ça, c’était avant.

En effet, la majorité des joueurs que nous avions affronté précédemment étaient des joueurs qui évoluaient en niveau haut et qui n’avaient pu être disponible pour leur rencontre de championnat à l’époque. Du coup, ils avaient été reversé au plateau standard, ce qui avait totalement déséquilibré le rapport de force. Quelle ne fut pas ma surprise lorsque je vis l’équipe de La Ciotat dimanche matin, sans ces 5-6 joueurs qui m’avaient impressionné. Je me dis que là, il y avait un joli coup à faire.

Après avoir assisté à la rencontre Aubagne – ASPTT en ouverture, nous procédions avec Angie à une petite cérémonie dans le vestiaire pour les enfants. En effet, c’était la remise des tenues, un moment fort pour les enfants, qui revêtaient pour la première fois la tenue du club, maillot et short. On les voyait tous fiers une fois qu’ils l’avaient revetue. Un moment touchant. Puis vint l’échauffement, dirigé par Angie, pendant que je remplissais la feuille de match. Une fois tout ceci terminé, nous allions pouvoir enfin passer aux choses sérieuses.

1ere Mi-Temps :

Nous débutons avec un 6 de départ constitué de Simon dans les cages, Maxime, Rémi, Thibault, Badis et Sami. Début de match encourageant pour nos minots, avec Rémi et Thibault qui harcèlent bien leurs adversaires et récupèrent des ballons, montées de balles rapides pour Maxime, Badis et sami, et Maxime qui se trouve à la finition et nous permet de prendre un premier avantage de 3-0 pour Marseille Provence. Nos adversaires reviennent dans le coupe et marquent 2 fois, mais Maxime, Badis et Sami marquent de nouveau pour mener 6-2 . Commencent alors les changements, où je fais rentrer Mathieu, Kerry, Lucas, Arthur et Dorian. Et là, la machine se grippa. Transmissions hasardeuses, balles données à l’adversaire, repli défensif défectueux et repli / harcèlement défensif léger, toutes ces petites anomalies, d’autant plus que notre gardien n’était pas dans un grand jour,  permettaient à nos adversaires de grignoter petit à petit son retard pour finir à la mi-temps sur le score de 6-5 pour Marseille Provence.

Durant la mi-temps, nous expliquions clairement aux enfants que nous étions une équipe, un groupe.

  • Qu’un groupe n’était pas constitué seulement de 6 joueurs, mais de 12 joueurs.
  • Que les remplaçants n’étaient pas là pour chauffer le banc, mais pour jouer.
  • Que lorsque l’on entre sur le terrain, ce n’est pas pour marcher, mais pour jouer, courir, jouer en équipe.

Ce qui n’a pas été le cas lors de cette 1ére mi-temps. Mais surtout, que l’on était en championnat, pas en plateau standard. Avec Angie, nous les avions donc prévenu que ceux qui joueraient en deuxième période seraient les plus méritant.

2éme mi-temps :

Nous démarrons avec le même 6 de départ, et d’entrée, nous refaisons le break par Maxime et grâce à la performance de Rémi au niveau défensif. Nous trouvons des solutions offensives sur des montées de balles avec Thibault et Arthur, notre défense étagée tient bien le choc, mais nous pêchons à la finition. En effet, beaucoup de situations de buts se terminaient au-dessus des buts alors que la consigne depuis le début du match était de tirer en bas. Je procède alors aux changement pour faire jouer tout le monde, comme en première période. Et là, nous nous trouvons confronté au même problème qu’en début de match. De la bonne volonté sur le terrain mais les consignes ne sont pas respectées. Et de nouveau La Ciotat qui égalise à 2 minute de la fin alors que nous avions clairement le match en main.

Temps Mort :

Je change alors toute l’équipe et remet le 6 de départ malgré la déception de certains enfants. Dès la reprise, nous marquons de nouveau par Maxime, 10-09 pour Marseille Provence. Simon fait deux parades décisives et Maxime clôture la marque à 5 secondes de la fin. OUF, victoire des minots, mais que ce fut dur.

L’ambiance dans le vestiaire était survoltée, avec selfies , cris et chants à tout va.

Bilan de la rencontre :

Ce match a clairement mis en évidence l’hétérogénéité de l’effectif. Certains sont encore un peu juste pour évoluer en Honneur mais vont continuer à progresser. Nous avons beaucoup, beaucoup de travail devant nous. Lors du prochain match, nous allons tester d’autres joueurs qui se sont illustrés en plateau standard dimanche après-midi, ceci afin de pouvoir élargir le groupe et surtout de monter aux joueurs de l’équipe qu’être dans le groupe honneur n’est pas une finalité. Il faut pouvoir y rester. Des joueurs comme Nicolas ou Elvyn tapent sérieusement à la porte. Ils méritent d’avoir leur chance.

En attendant le prochain match, RDV à l’entrainement Mercredi où sera crée l’équipe pour le weekend, car il n’y aura pas d’entrainement Vendredi, 11 Nopvembre oblige

Franck Alles

Dimanche 9 octobre 2016

Plateau -12 ans Standard

Cassis Carnoux - Marseille Provence 2&3

UN PLATEAU TRES INSTRUCTIF

Premiers matchs de la saison pour nos minots à Cassis. Un plateau regroupant les équipes de Marseille Provence  2 gérée par Quincy,  Marseille Provence 3 gérée par Franck, et de Cassis.

Ce plateau avait plusieurs objectifs pour les deux entraineurs :

  1. Effectuer une première revue d’effectif après 1 mois d’entrainement
  2. Evaluer le niveau des 2 groupes face à une équipe qui sera dans le même championnat que nous
  3. Faire le plein d’informations afin de pouvoir définir les orientations à donner aux entrainements par la suite

Pour cela, nous devions nous mesurer à un adversaire susceptible d’avoir du répondant sur le terrain, aussi bien en phase offensive que défensive. Et dans ce cas de figure, nous n’allions pas être déçu.

Cassis – Marseille Provence 2 :

Une rencontre opposant les deux collectifs les plus forts du plateau. Et rapidement, nous constations avec Quincy que cette équipe de Cassis était facilement un cran au-dessus de nos deux équipes. En effet, exerçant un pressing tout terrain, récupérant des ballons jusque devant nos 9 m, nos adversaires étouffaient littéralement nos minots et venaient systématiquement finir leurs tirs à 6 mètres. Au bout de quelques minutes, nos minots commençaient à sortir la tête de l’eau et se créaient un bon nombre d’occasions à 6 métres, mais butaient systématiquement sur un gardien en feu et toujours bien placé.

La deuxième mi-temps fut une copie conforme de la première, avec des occasions pour les marseillais, mais vite annihilées par la défense et/ou le gardien adverse, et qui se retrouvaient immédiatement transformées en contre-attaque.

A la fin, défaite de plus de 10 buts face à un adversaire qui jouera, c’est certain, les premiers rôles dans le championnat Honneur.

Marseille Provence 2 – Marseille Provence 3 :

Entrée en lice de l’équipe Marseille Provence 3 dans ce plateau très relevé.

En effet, la totalité de l’effectif de ce groupe étant constitué de jeunes en provenance du Mini-Hand ou de débutants, l’objectif était de voir leur état d’esprit et leurs capacités à jouer vers l’avant, sans se soucier du résultat. Et à notre grande surprise, ce fut bien Marseille Provence 3 qui réalisa la meilleure entame, avec une défense individuelle efficace, une transmission rapide vers l’avant dès la récupération de la balle vers les flèches que sont Sami et Arthur. Mais le manque de puissance physique, de repères sur grand terrain et de force dans les bras au tir empêchèrent nos minots de marquer. Ce qui profita aux jeunes de l’équipe de Quincy qui convertirent les deux occasions suivantes.

L’équipe 3 continuait de résister avec la superbe partie de Simon dans les buts, qui retardait l’échéance du mieux qu’il pouvait. Mais notre déchet au tir allait nous être fatal et logiquement, l’équipe la plus forte, Marseille Provence 2, l’emporta 17 à 7.

Cette rencontre démontra que les deux équipes avaient une grande marge de progression, mais également que nous avions des enfants qui ne lâchaient rien des deux côtés.

Cassis – Marseille Provence 3 :

Dernière rencontre du plateau pour nos minots.

Je redoutais ce match car la différence de niveau était énorme entre les deux équipes. Eh bien, les enfants me prouvèrent que j’avais tort, du moins, momentanément. En effet, durant 10 minutes, on vit des jeunes affamés en défense, bondissant sur leurs adversaires, disputant avec rage chaque ballon, se jetant par terre pour le ramasser, aidants leurs copains, se tapant dans les mains, et comme Simon poursuivait sur sa lancée... A tel point qu’après 8 minutes de jeu, le score était seulement de 3-0 pour Cassis.  Temps mort demandé par Cassis. On sentait que l’entraineur n’était pas, mais alors pas du tout content de son équipe, alors que moi, j’avais toutes les raisons de l’être. Je savais que cela n’allait pas durer. On voyait déjà que les minots étaient fatigué, et que l’effondrement était proche. Il eu lieu à 2 minutes de la mi-temps. Qui dit fatigue dit manque de lucidité, donc pertes de balles, contre-attaques, et grosses difficultés à revenir. Cela se traduisit à un 6-0 pour Cassis en 2 minutes pour finir à 11-00 pour Cassis. C’était prévisible

Il fallait parler aux enfants, les rassurer, leur expliquer à nouveau que le score importait peu, qu’ils faisaient un match admirable de courage, d’abnégation et de ténacité. Mais nos enfants étaient cuits. Dès le départ, un nouveau 6-0 pour Cassis cueilli à froid notre équipe qui avait de plus en plus de mal à défendre. Tous demandaient à sortir alors que je n’avais qu’un seul remplaçant. Pourtant, nous continuions à avoir des occasions de buts grâce à Maxime et Arthur, mais impossible de tromper la vigilance u gardien adverse. L’honneur fut sauvé par Thibault sur un 1 contre 1 bien négocié.

Et c’est sur le score de 23-01 que Cassis l’emporta. Mais cette rencontre révéla plein de bonnes information pour la suite de la saison. Ces enfants ne lâchent rien. Ils ont un cœur gros comme ça, et en plus, ce groupe s’est transformé en véritable équipe.

Idem pour Marseille Provence 2 qui a démontré de réelles capacité à transmettre le jeu vers l’avant, mais a pêché au niveau finition pour pouvoir espérer rivaliser avec Cassis.

Tout cela nous conforte dans notre idée que ces deux groupes ont beaucoup de marge de progression et en étonneront plus d’un cette saison

Franck Alles


Date de création : 09/11/2015 : 17:57
Catégorie : - -12 ans
Page lue 2653 fois
  Suivant


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

 
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
26 Abonnés