Vous êtes ici :   Accueil » Les rencontres
Planning

agenda.jpg

Massilli'Hand
Partenaires

wiko.png

CEPAC

MSP_2015.png

artinian.png

Fleuriste Marseille

CD_13.jpg

oxyd_powered_by_ecritel2.jpg

DDJS.jpg

axa_new.jpg

Hummel_Haribo.png

LogoMarseille.gif

ebs.jpg

RegionPACA.jpg

 ↑  
Visiteurs uniques

rss Cet article est disponible en format standard RSS pour publication sur votre site web :
http://csmphand.com/data/fr-articles.xml

-12 ans Standard Finalités

Dimanche 07/05/2017, 16h30.

ILS ONT TOUT DONNE …

La rencontre entre Marseille Provence HB 3 et Aix Bouc Bel Air vient de s’achever sur le score de 8-8.

Une chape de plomb vient de s’abattre sur les enfants.

ILS VIENNENT DE PERDRE LE TITRE DE CHAMPION PRE-EXCELLENCE AU GOAL AVERAGE POUR 3 BUTS.

3 buts, qu’est-ce que ça représente ? 3 fois rien. 3 tirs ratés, 3 arrêts de gardien, 3 pertes de balles, …

Mais ce qu’il faut retenir de ce plateau, c’est la qualité de jeu et l’engagement exceptionnel mis par nos minots.

Mais revenons quelques heures en arrière.

Depuis le début de la semaine, c’était l’effervescence chez nos minots.

Ils venaient d’apprendre que l’ensemble des résultats obtenus depuis 2 mois, les 3 victoires obtenues face à Aix, Aubagne et Senas, comptaient pour rien.

Tous les compteurs étaient remis à zéro.

Le titre de champion Pré-Excellence se disputerait ce dimanche après-midi, sur des matchs de 1 x 18 minutes.

Pour motiver mes troupes, pas besoin de dire grand-chose. Juste le fait que si nous avions déjà battu ces trois équipes lors du tour précédent, c’est que nous étions capable de le faire à nouveau.

Mais ce plateau allait commencer de la plus mauvaise des façons.

En effet, le début des matchs devait commencer à 13h30.

J’avais donné rendez-vous à tout le monde à 13h00 pour débuter l’échauffement car nous jouions en premier face à Senas.

Et là, très mauvaise surprise.

A 13h00, je n’avais que 4 enfants. A 13h15, j’en avais 6.

J’avais déjà pris ma décision. Ceux qui allaient arriver désormais ne joueraient pas. Pour moi, la ponctualité est indispensable dans un groupe, et ce, quelles que soient les excuses fournies.

Nous sommes un dimanche après-midi, si moi j’arrive à l’heure, voire même en avance, alors mon équipe doit en faire de même.

Ce qui a sauvé les retardataires de justesse, c’est que Senas n’était pas encore arrivé, ce qui a retardé le plateau.

Mais je n’aurais eu aucun scrupule à renvoyer les joueurs retardataires chez eux ou dans les tribunes. C’est ça la vie de groupe.

La conséquence de tout cela, c’est que l’échauffement des minots fut tronqué.

On les sentait démobilisés, trop confiants, pas investis.

Je redoutais ce qui allait arriver ensuite.

Marseille Provence Hand Ball 3 – Pays Aubagne Hand ball

Les enfants restaient sur 2 victoires nettes et sans bavures face à Aubagne, dont une, 30-12, la semaine dernière, mais face à une équipe Aubagnaise amputée de 3 de ses meilleurs joueurs.

Il ne faut pas oublier que la seule fois où nous avions affronté Aubagne au complet, cela s’était soldé par une défaite d’un but en début de saison.

Et Aubagne était au grand complet.

Et ce que je redoutais arriva.

Face à des Aubagnais morts de faim, nous jouons en marchant. Pas de courses vers le but, pas de flottement en défense, pas d’engagement physique, mon équipe était léthargiquie.

Et cela se vérifia au score. 0-1, 0-3, Aubagne exploitait toutes nos erreurs et cela se payait cash.

Il fallut attendre la 6éme minute pour voir notre équipe marquer son premier but par Maxime (tiens, une course vers le but et ça marche…)

Défensivement, on n’y est pas.

Nos deux défenseurs devant montent trop haut, derrière c’est opération  portes ouvertes.

Maxime se fait passer 4 fois sur la même feinte sans esquisser un geste. Et le score continue d’enfler 1-4, 2-6.

Temps mort

La gueulante que je pousse s’est entendue dans tout le gymnase (certains parents l’ont entendu, l’entraineur aubagnais pouvait même écouter ce que je disais)

Je dis aux enfants que si c’est pour jouer comme ça, autant arrêter tout de suite.

Que s’ils voulaient remporter leurs matchs, il va falloir commencer à courir et jouer ensemble, sinon, on court à la catastrophe.

Les enfants baissent la tête, ils savent qu’ils ne sont pas bon en ce moment. Il fallait les piquer au vif.

Pourvu que ça marche.

Et ça fonctionna.

Notre jeu devint plus fluide, notre défense coulissait mieux, les contre-attaques recommençaient à fuser. 4-6, 6-6, 8-6, Nous retrouvions notre jeu en même temps que nos valeurs qui sont solidarité défensive, contre-attaque et jeu collectif devant.

Mais Aubagne revenait à 8-8 grâce à Ethan Faure, qui fut un véritable poison pour nous durant toute la rencontre. Mais une contre-attaque d’Arthur et un but de Maxime permit à Marseille Provence de conclure sur le score de 10-8 cette rencontre

Mais je n’étais pas content, ni de la performance des enfants, ni de l’état d’esprit (excès de confiance), ni surtout de ce qui s’est passé avant (retardataires). Tous ces facteurs avaient joué sur le résultat.

Pourvu que cela ne nous soit pas défavorable pour la suite.

D’autant plus que Aix Bouc Bel Air entrait en lice et remportait ses deux rencontres face à Aubagne (11-6) et Senas (12-03), se positionnant comme le grand favoris de la compétition.

Marseille Provence hand Ball 3 – Senas

Ce deuxième match était censé être une formalité pour nos minots.

Pour cela, je fis débuter ceux qui n’avaient pas beaucoup joué lors du 1er match.

Nous débutons bien le match grâce à Millan et Noé, mais deux erreurs défensives permettent à Senas de recoller au score. Et cela allait se poursuivre durant 10 minutes aux cours desquelles nous marquons des buts mais où nous manquons cruellement de rigueur défensive. Senas tient la dragée haute à nos minots. 3-3, 5-4, 6-5.

Temps mort.

Je recadre un peu mes troupes et je fais rentrer Maxime et Arthur, restés sur le banc en début d match

Changement total de physionomie.

Nous fermons l’accès aux 9 m à notre adversaire, nous récupérons des ballons instantanément transformés en contre-attaque. Le score enfle : 8-5, 10-5, 12-5, 14-5.

Et sur une énième contre-attaque d’Arthur, nous ponctuons cette rencontre sur le score de 15-05.

Je retenais les 7 dernières minutes de ce match. On voyait un net mieux par rapport à la rencontre face à Aubagne.

Mais je restais persuadé qu’en jouant de la sorte, nous ne pouvions pas battre Bouc Bel Air qui impressionnait tout le monde par son collectif et sa rapidité en contre-attaque

Pour la 3éme place, Aubagne bat Senas 7-1, avec un arbitrage très bien mené de la part d’Elvyn et Sami.

Il est 16h00, c’est le dernier match, le grand choc de la journée, celui qui déterminera le titre de champion entre les deux équipes qui ont survolé la 2nde phase de championnat et ces finalités.

Deux équipes au demeurant très proches l’une de l’autre, mais au style de jeu différent, à l’image de leurs entraineurs.

D’un côté, une équipe Aixoise jouant beaucoup sur l’anticipation en défense et un jeu très fluide en attaque avec des combinaisons bien travaillées à l’entarinement, de l’autre côté une équipe Marseillaise s’appuyant sur une grosse défense et sur des contre-attaques très rapides.

Aix, une équipe que nous avions battu 21-16 à Ruffi mais qui n’était pas au complet à l’époque.

C’était la cas aujourd’hui.

On allait voir où nous en sommes réellement.

Marseille Provence Hand Ball 3 – Aix Bouc Bel Air

Juste avant le match, je dis juste une chose aux enfants : « Si vous ne jouez pas collectifs, vous ne gagnerez pas. Si vous ne jouez pas collectifs, vous ne gagnerez pas »

Mais je savais qu’ils avaient compris.

On le voyait dans leurs regards. Ils étaient remontés comme jamais. Ils étaient prêts.

Et c’est Aix qui démarra tambour battant cette rencontre par 2 but en attaque placée et une contre-attaque sur une perte de balle de Thibault.

Nos minots sont tendus, les passes sont approximatives.

Jusqu’au but libérateur de Thibault. Ce but fut le déclic de notre équipe car à partir de ce moment-là, tous les enfants se mirent au niveau d nos adversaires.

Le match est tendu, les contacts rudes mais corrects, les gardiens sont exceptionnels. Simon multiplie les parades, mais sons vis-à-vis en fait de même.

Contre-attaque de Maxime pour Arthur qui marque, 2-2.

Le niveau monte encore d’un cran. 3-3, 4-4, 4-5.

Le ballon file d’un but à l’autre. Les attaques fusent, les défenses 3-2 sont efficaces des deux côtés.

Chaque joueur se sublime. On assiste à une vrai finale de championnat, à un vrai match de Hand-Ball

Aix prend les devants grâce à une attaque placée parfaitement maitrisée.

Il reste 4 minutes à jouer, 6-4 pour Aix. Montée de balle Maxime - Elvyn-maxime, transmission pour Millan en pivot qui marque.

Percée d’Arthur qui obtient un penalty que transforme Millan, 6-6. Le suspense est insoutenable.

Je n’entends pas le public, juste nos enfants. Nous sommes dans notre bulle, sur le terrain. Il n’y a que les joueurs, les entraineurs et le ballon.

Maxime marque des 9 mètres, 7-6 pour Marseille, mais Aix égalise dans la foulée, toujours sur attaque placée.

Il reste 1min 30 à jouer, penalty pour Marseille. Maxime se présente, tire, et arrêt du gardien adverse qui relance de suite pour une montée de balle rapide ponctuée par un but à 9 mètres, 7-8 pour Aix.

Mais nos minots ont un cœur gros comme ça, ils ne lâchent rien.

Circulation de balle marseillaise, engagement de Maxime vers le but lancé par Elvyn, tir et BBUUUTTTTTT.

Je ne tiens plus en place, je saute dans tous les sens le long de la ligne de touche, brandissant le poing et hurlant.

8-8, il reste 30 secondes à jouer.

Engagement rapide d’Aix, décalage à l’ailier qui tire, ET ARRET DE SIMON qui relance de suite pour Millan qui donne à Maxime pour Arthur qui transmet à Maxime, tir et arret du gardien Aixois.

Et fin du match

Et là, les enfants sautent de joie, ils sont surs qu’ils sont champions.

Mais l’issue de ce plateau sera cruelle pour eux.

Beaucoup éclatent en larmes. Ils sont inconsolables. Je ne trouve pas les mots pour les rassurer, pour leur expliquer que ce n’était pas cela le plus important.

Mais ils sont passés tellement prés de ce titre, que rien ne pouvait les consoler.

Un grand bravo aux deux arbitres d’aubagne et à David leur superviseur. En effet, ce match n’était pas simple à arbitrer, et ils ont parfaitement su tenir leur rang

Classement final :

1er Aix Bouc Bel Air 8 pts +14

2éme CSMP3 8 pts +11

3éme Aubagne 5 pts

4éme Sénas  3 pts

A la fin de ce tournoi, je suis partagé entre plusieurs sentiments.

Le premier, bien sûr, la déception. Pour l’avoir déjà vécu en tant que joueur et entraineur, je sais que c’est dur à vivre et à encaisser sur le coup. Puis, la douleur s’estompe, et on ne retient que le meilleur.

Le second, la colère. Je me dis que si nous avions eu notre équipe au complet dès le départ, que nous avions eu le temps de préparer l’équipe et de l’échauffer correctement, cela aurait pu changer beaucoup de choses.

Le troisième, la fierté. Je pense que depuis le temps que je m’occupe des -12 ans standard, jamais je n’ai assisté à une rencontre d’une telle intensité. Mes minots m’ont bluffé. Je ne pensais pas honnêtement qu’ils seraient capables de se hisser à ce niveau après les performances face à Aubagne et Sénas. De plus, ils m’ont donné des frissons, et ont réussi à me faire bondir sur l’égalisation comme si je venais de ganer la coupe du monde. C’est extrêmement rare que je réagisse comme cela.

Finalement, c’est le 3éme sentiment qui l’emporta lorsqu’à froid, je pus prendre plus de recul pour analyser le contexte et la situation.

Dans le vestiaire, je pris chacun de MES MINOTS dans mes bras et les serraient bien fort, car l’émotion qu’ils ont transmise au public, parents et surtout à leur entraineur (j’en avais la larme à l’œil), c’était purement exceptionnel.

Il ne faut surtout pas oublier ce que vient de réaliser ce groupe.

Parti de rien, où aucun de ces joueurs ne savait attraper un ballon ou dribbler sur 2 mètres, où tout le monde nous voyait prendre des raclées dans ce championnat, ce groupe s’est formé, est monté en puissance, a pris conscience de ses qualité au fur et à mesure de l’avancement des matchs, pour finalement terminer en apothéose sur un niveau handballistique rarement atteint à ce niveau (attention, je parle du niveau standard, pas du niveau haut)

Je voulais dire un grand merci à Simon, Maxime, Elvyn, Sami, Millan, Arthur, Thibault, Noé, Rémi et Kerrydine, sans oublier Nicolas qui est blessé, pour tout ce que vous avez fait cette saison dans ce championnat, pour toutes ces émotions que vous nous avez transmises, enfin, pour tout.

ET CE N’EST PAS FINI

Un entraineur comblé

Franck

-12 ans Standard CSMP3 - Aix-Bouc Bel Air

Dimanche 02/04/17 à Ruffi

ENORMISSIME !!!!!
 
Socrate a dit un jour « Je crois qu’on ne peut mieux vivre qu’en cherchant à devenir meilleur, ni plus agréablement qu’en ayant la pleine conscience de son amélioration ».
Cette citation est un ode à la vie, mais elle s’applique pleinement à la performance avec un grand P réalisée par notre équipe de minots Dimanche après-midi à Ruffi.
 
Mais pour mesurer l’ampleur de cet exploit, remontons le temps une semaine en arrière, plus précisément le Dimanche 26/03 à Sénas.
CSMP3 venait de remporter son match face à SENAS 32-14, après une rencontre que je qualifierais plus tard de « bouillie de handball ».
Tout le monde en était conscient, y compris les enfants.
D’autant plus que nous venions de voir notre futur adversaire, Aix-Bouc Bel Air, pulvériser Aubagne 33-11 juste avant nous.
Inutile de dire que j’étais particulièrement inquiet  pour cette rencontre de Dimanche, face à une équipe qui faisait figure, à juste titre, d’épouvantail dans la poule de classement Pré Excellence.
Aix-Bouc Bel Air, c’était 222 buts marqués (100 de plus que nous) dans une poule plus relevée que la nôtre.
C’est un jeu rapide basé sur la récupération de balle, des plongées vers l’avant, des passes dans les mains et un jeu collectif parfaitement huilé.
Et c’est à cette équipe que nos minots allaient se mesurer, sans aucune certitude, avec dans leurs têtes la seule idée de ne pas se prendre 40 buts. C’est dire.
D’autant plus que la qualité des entraînements n’avait pas été terrible cette semaine.
Notamment Vendredi où le travail en montée de balle 1-2-3 et le criss-cross étaient décevants.
 
Dimanche 02/04/2017 : JOUR J
 
Les minots arrivent par ordre dispersé (Rémi et Thibault en retard de 20 min), tranquilles, mais cela n’allait pas durer.
Pendant qu’Elvyn et Maxime arbitraient la rencontre Aubagne – Senas, le restant de l’équipe faisaient les 400 coups à Angie, qui, à la fin, punit Arthur et Rémi en les mettant sur le banc alors qu’ils devaient commencer.
Fin du match Aubagne – Senas, et début de l’échauffement, dirigé par Angie.
On ne voyait toujours pas de concentration et d’application dans les gestes, je le voyais bien de la table où je remplissais la feuille de match.
Ça rigole, ça plaisante, les passes sont mal assurées, les tirs au-dessus ou à côté, l’idéal pour préparer une rencontre de ce niveau n’est-ce pas ?
5 min avant le début de la rencontre. Petit briefing aux joueurs.
En bref, les données étaient très simple : empêcher les deux joueurs centraux de plonger vers le but, harceler l’adversaire  à partir de notre moitié de terrain et lancer les contre-attaques immédiatement, quitte à perdre quelques ballons en cours de route.
Tous approuvèrent de la tête. Mmouais, j’attendais de voir s’ils avaient compris la consigne.
 
Et le match commença
 
1ére Mi-Temps :
 
Dès le départ, le pressing marseillais eu l’effet escompté.
Récupération de Maxime pour Millan qui marque.
Mais le grand classique Aixois allait de nouveau avoir lieu, avec la relance immédiate du gardien pour un joueur au centre du terrain qui relance immédiatement vers un équipier qui avait plongé très rapidement vers le but après avoir semé Noé, 1-1.
Ce chassé-croisé allait durer 7-8 minutes, jusqu’aux rentrées d’Arthur et Rémi
En 5 minutes, nous mettons un 3-0 à nos adversaires, pour mener 11-07, il reste 4 minutes à jouer avant la mi-temps.
Et puis, plus rien. Un trou d’air ? une amnésie ? un excès de confiance ?
Nous retombions dans nos travers de Senas.
Plus personne ne défend, plus personne ne joue collectif, chacun veut marquer son but tout seul, les mauvaises passes se multiplient, et Aix, qui n’est pas la meilleure équipe du groupe pour rien, n’en demandait pas tant et nous infligera un 5-0 pour prendre l’avantage juste avant la pause et mener 12-11.
Et le pire dans tout cela, c’est qu’il y avait des minots qui avaient le sourire.
 
Le discours à la mi-temps fut bref, mais musclé.
On n’a pas le droit de gâcher le travail et les efforts de toute une mi-temps par 4 minutes de suffisance, de manque d’application, de non-respect de consigne. Non, on n’a pas le droit.
Je leur dis que le Handball est un sport collectif, qu’un match se gagne ensemble, pas chacun pour sa pomme, et là, tout le monde sans exception était concerné.
Je leur dis également qu’il fallait un peu désenfler la tête et les chevilles. Ce n’est pas parce que l’on menait 11-07 que le match était gagné, que l’on n’avait plus besoin de défendre.
Je leur dis enfin, doucement, sans énervement, et cette phrase les marquera pour toute la 2éme mi-temps (certains m’ont dit merci d’avoir dit ça à la fin du match) :
SI ON NE DEFEND PAS , ON NE GAGNERA PAS. SI ON NE DEFEND PAS, ON NE GAGNERA PAS.
 
2éme Mi-Temps :
 
Je m’attendais à tout de la part des enfants. On savait avec Angie que nos minots étaient capable du meilleur comme du pire, et franchement, j’étais incapable de savoir ce qu’ils allaient nous réserver.
Et cela commença de la pire des manières qu’il soit. Attaque placée Aixoise, 3 passes pour un joueur lancé qui transperce notre défense comme dans du beurre.
Réplique immédiate de notre équipe par Maxime sur une passe de Millan.
Et à partir de ce moment-là, j’ai su, j’ai eu la certitude que l’on allait remporter cette rencontre.
Jamais, non jamais, même à Aubagne, je n’avais vu l’équipe aussi remontée.
Les regards étaient brillants, presque méchants. Les minots se parlaient entre eux, s’encourageaient, se rentraient dedans, se tapaient dans les mains ou s’enlaçaient, criaient à chaque but, les remplaçants se levaient à chaque but comme d’un seul homme, levaient les bras et encourageaient leurs copains, pour la première fois depuis le début de la saison, nous étions parvenu avec Angie à faire ce pour quoi tout entraineur rêve dans une saison, faire en sorte que son groupe ne fasse qu’un. Et c’était le cas à Ruffi. C’était unique à vivre. C’était beau.
La furia Marseillaise était en marche.
Millan, passé en pivot en attaque placée, recevait des caviars de ses camarades pour convertir ses occasions en buts (enfin presque …).
Arthur, Noé, Thibault, Rémi, défendaient comme des acharnés en poste avancé, Maxime, Millan, Sami, Mathieu et Elvyn fermaient tour à tour les écoutilles.
Les contacts se multipliaient, les blocages de joueurs étaient clairs, nets et sans bavures,  Kerry sortait les parades qu’il fallait au bon moment, comme ces deux arrêts à 6 mètres coups sur coups qui auraient permis à Aix de revenir à 2 buts. Mais non, Notre gardien était là, et bien là.
Et cela continuait en attaque avec les contra attaques éclair d’Arthur, les attaques 9 mètres de Maxime, le score enflait, 15-13, 16-13, 18-14, 19-15, notre défense se montrait intraitable, et surtout, nous trouvions des solutions en attaque avec Millan reconverti en pivot. Maxime marquait à 9 mètres, le coup d’après, les adversaires montaient sur lui, laissant Millan seul à 6 mètres, où Max pouvait lui donner des caviars à profusion, et vice versa.
Nouveau double arrêt de Kerry à 6 mètres, impérial dans ses buts, montée de balle à deux Maxime – Sami conclu par un but à 9 mètres de Maxime, 20-15
Il reste 10 secondes à jouer, peut-être le plus beau but du match dans sa construction. Relance de Kerry, montée de balle où tout le monde touche le ballon, Maxime pour Millan qui remet à Elvyn, seul à 6 mètres qui marque, 21-16.
La sirène retentit
C’EST LA DELIVRANCE
CSMP3 A BATTU AIX, QUEL EXPLOIT
 
Tout le monde se saute dessus, chante, danse, le groupe se reforme et entame la danse endiablée et le cri de guerre Marseillais avec les entraineurs, sous les applaudissements du public nombreux.
 
Ce groupe avait beaucoup de choses à prouver après son match raté de la semaine dernière et les entrainements moyens réalisés cette semaine.
Il avait besoin d’un match référence, un vrai, du niveau au-dessus de celui réalisé à Aubagne malgré la défaite à l’époque.
Ce match, ils l’ont désormais.
Ils se sont surpassés, tous sans exception, des titulaires aux remplaçants.
Ils ont mouillé le maillot, ils craignaient « DEGUN »
Ils ont encaissé seulement 4 buts face à la meilleure attaque du championnat, toutes poules confondues.
Ils savent qu’en jouant de la sorte, ils sont capables de causer des problèmes, voir battre, beaucoup d’adversaires supposés être meilleurs qu’eux.
Ils ont compris une chose à la mi-temps : On joue ensemble, on défend ensemble, on attaque ensemble, on GAGNE ensemble.
Cela, Angie et moi le savions déjà, mais les minots viennent d’en avoir la confirmation.
Pour le moment, Les enfants n’ont pas encore réalisé la portée de leur victoire. Pour eux, ce n’était ni plus ni moins qu’un match gagné.
Mais pour nous, entraineurs, cela représente bien plus que cela.
Cela représente la validation de 1 voire 2 paliers dans la progression des enfants, aussi bien d’un point de vue purement Handballistique que d’un point de vue mental.
L’état d’esprit constaté sur le terrain lors des 15 premières minutes de la 1ére Mi-Temps, mais surtout, durant toute la 2nde Mi-Temps sont nouveaux dans cette équipe.
Nous avons désormais non seulement de jeunes Handballeurs, mais également, et ça c’est nouveau, de vrai compétiteurs.
Car c’est ni plus ni moins que cela qui s’est révélé sur le terrain. L’esprit de compétition, l’envie de gagner un match, l’intention de ne rien lâcher jusqu’au bout.
Sans ces qualités-là, jamais nous n’aurions remporté cette rencontre.
Et pourtant… !!!
Je suis un entraineur heureux, Angie également, et j’espère qu’il en est de même pour tous les parents qui ont pu assister à cette rencontre.
Socrate a dit « Je crois qu’on ne peut mieux vivre qu’en cherchant à devenir meilleur, ni plus agréablement qu’en ayant la pleine conscience de son amélioration »
Cette phrase résume parfaitement ce que nous venons de vivre ce dimanche 02/04/2017
Un jour qui comptera, à n’en pas douter, dans la future carrière handballistique de nos minots
 
A Simon, Kerry, Maxime, Elvyn, Millan, Sami, Arthur, Mathieu, Noé, Thibault, Rémi, sans oublier les absents Nicolas et Badis, vos entraineurs sont très, mais alors très très très fiers de vous.
 
Franck

plateau  Marseille Provence  -  Allauch

Gymnase Gaillard le 08/01/2016

Un bon début 2017 pour le 1er plateau de l'année.

Ce dimanche matin, le rendez-vous est prévu à 9h à Allauch. J'attends 8 handballeurs qui ont répondu présents malgré les délais très courts qui nous ont été impartis 2 jours auparavant. Une fois l'équipe constituée, nous nous échauffons rapidement car les températures extérieures avoisinant les 0° peinent à réchauffer le gymnase. Allauch présente une seule équipe. Le staff propose de faire deux mi-temps de 18mn et de tester la défense placée en seconde partie pour nos enfants. Je demande à l'équipe de faire attention aux passes, de prendre en strict chacun des joueurs de l'équipe adverse et surtout, de jouer collectif. Les garçons n'ont pas beaucoup touché de ballons ces dernier temps, vacances obligent.

Le coup d'envoi est donné, et mes recommandations sont mises en application dés le début. La balle circule bien entre mes garçons,  il y a une bonne cohésion. Allauch ouvre le score mais nous ne tardons pas à suivre. Le match bat son plein et le score reste serré. Les garçons prennent du plaisir à jouer ensemble. A la mi-temps le score est en faveur d'Allauch (10-7) où nous avons assisté à une belle performance de Thomas dans les buts.

En seconde partie, Kerry me demande s'il peut aller faire gardien à son tour. Je lui dit oui sans problème.  Je leur donne quelques conseils pour appliquer au mieux la défense placée, Ils sont inquiets de ne pas y arriver correctement. Quelle belle surprise pour moi, quand je vois mes garçons redescendre instinctivement à la première perte de balle et se placer correctement.
Ils vont s'éclater lors de cette 2ème mi-temps, je le sens, et cerise sur le gâteau : Kerry excelle dans les cages, il nous fait de supers arrêts. Pendant 18mn il ne prendra que 3 petits buts. Oscar, Tom, Dorian, structurent le match, Sorën malgré son arrêt d'un mois et demi suite à une fracture de la main, n'est pas perdu sur le terrain. Rauman et Mattéo donnent de leur personne afin que l'équipe progresse.

Le coup de sifflet final annonce 13-12 pour Allauch.
Une poignée de main pour féliciter nos adversaires et bras dessus bras dessous nous formons un cercle tous ensemble. Je félicite l'équipe qui a très bien joué. Collectivement et individuellement. Les enfants me disent qu'ils se sont régalés. Ca c'est notre victoire. Ils se sont levés tôt ce dimanche matin, ont affronté le froid et repartent heureux.

Angie, coach heureuse

Samedi 19 novembre

Gymnase du Ruissatel

DES PROGRES NOTOIRES, MAIS IL RESTE ENCORE BEAUCOUP DE TRAVAIL A FAIRE

Troisième plateau de la saison pour nos -12 ans standard ce samedi matin à 9h30. Oui, vous avez bien vu, samedi matin. Un horaire il est vrai inhabituel, mais qui n’empêcha pas nos minots d’être tous présent à l’heure au gymnase Ruissatel à Marseille pour affronter les -12 ans de Marseille Nord. La journée allait cependant commencer par une longue attente suite à l’absence du gardien. En effet, nous serons resté plus d’une heure devant un gymnase fermé, impossible de joindre le gardien. Heureusement, notre président réussit à joindre le service des sports de la ville, qui parvint à joindre le gardien miraculeusement, bref, c’est avec 45 minutes de retard que le plateau débuta.

Mieux vaut tard que jamais non ?

12 enfants étaient présents samedi matin, ce qui me permit de constituer 2 équipes afin que tout le monde puisse jouer le maximum de temps.

Marseille Nord 8-6 Marseille Provence 4

Un match bizarre. Lors de la première mi-temps, tout ce que nous avions travaillé à l’entrainement  fonctionna comme sur des roulettes. Défense individuelle tout terrain, récupération du ballon, passes vers l’avant, tirs cadré, nous prenons l’avantage à la mi-temps 4-2. Puis, tout bascula en deuxième mi-temps. Le petit grain de sable dans la mécanique bien huilée. Notre adversaire récupérait de plus en plus de ballons, bénéficiant de plus en plus de contre-attaques, et marquait sur chacune d’entre elles. De notre côté, on aurait dit que le match s’était arrêté à la mi-temps. Nos minots attaquaient, tiraient, et puis…plus rien. Pas de replis défensif, plus de défense, notre gardien livré à lui-même. Une action qui résume cette période. Un de nos joueurs tire, arrêt du gardien adverse, montée de balle de Marseille Nord qui marque. La totalité d nos joueurs étaient toujours dans les 9 mètres adverse. Ce qui permit à Marseille Nord de s’envoler au score et de remporter la rencontre 8-6

Marseille Nord 7-6 Marseille Provence 5

Nous assistons à un match serré. Chacune des équipes prenant l’avantage à tour de rôle. Défense, attaque, tout y est. A la mi-temps, Marseille Nord mène 5-3, mais nos minots jouent bien. La deuxième mi-temps sera du même acabit. Mis à part un petit détail, notre équipe pousse plus loin ses actions, et cela se conclut par des buts et une remontée au score. A 1 minute de la fin, nous revenons à 7-6 grâce à Lucas, mais surtout à Matis dans les but, auteur d’une excellente partie. Mais sur une de nos nombreuses attaques, nous perdons le ballons, contre-attaque de Marseille Nord qui marque. Fin du match et nouvelle défaite pour Marseille Provence.

Mais le contenu fut très intéressant. Dans un plateau -12 ans, il faut savoir faire le tri de tout ce que l’on a vu afin d’en tirer les leçons adéquates et les adapter aux entrainements la semaine d‘après. Le bilan de ce plateau fut le suivant :

  • Beaucoup de travail reste à faire sur tout ce qui est passes vers l’avant (arrêtez les passes en cloche…) et vision de jeu (beaucoup trop d’actions individuelles, de dribbles en trop au lieu de passer le ballon à un équipier démarqué), ainsi que le repli défensif
  • Le handball est un sport collectif. On attaque ensemble, et surtout, on défend ensemble
  • En revanche, la défense individuelle commence à prendre racine.
  • Le placement commence à être assimilé et la récupération du ballon commence à s’en ressentir, ce qui a généré beaucoup de situations de tirs pour nos minots.
  • Idem justement pour les tirs. Nous commençons à gagner en puissance dans les tirs par rapport au premier plateau à La Ciotat.

Conclusion

De gros progrès observés dans ce groupe, mais nous en sommes qu’au début de la formation des enfants. Chacun progresse à son rythme, certains plus rapidement que d’autres. Il suffit juste qu’ils aillent tous dans la même direction

Franck

Dimanche 6 novembre

Deuxième Plateau -12 Standard cette saison pour nos minots.

Après celui de La Ciotat le mois dernier, nos enfants allaient se mesurer aux équipes du SMUC.

Deux équipes étaient présentes ce jour-là, coachées par Angie et moi-même, qui allaient disputer chacune 3 matchs face au SMUC.

En effet, compte tenu de l’important effectif présent à Bois Luzy, nous avions proposé au SMUC de faire 3 équipes afin que les enfants puissent jouer plus longtemps. Proposition acceptée immédiatement par les entraineurs.

Bilan des rencontres :

Marseille Provence 1 :

Nos enfants, malgré 3 défaites, n’ont pas du tout à rougir de leurs prestations. Il y a eu de l’engagement, de la volonté de jouer vers l’avant, de la hargne (n’est-ce pas Elvyn), et surtout, un esprit collectif (bravo Nicolas). Alors, 3 défaites, OK, mais 6-5 contre SMUC 1, 6-4 contre SMUC 2, et 5-4 contre SMUC 3, c’est bien, car on a marqué des buts, on s’est procuré des occasions de buts, on a défendu individuellement sur nos adversaires, on a récupéré des ballons. Bref, un bilan plus que positif. Il ne manquait plus qu’une victoire pour couronner tout cela. Ce sera pour la prochaine fois.

Marseille Provence 2 :

Même bilan que pour l’équipe 1, mis à part un petit bémol. En effet, cette équipe est celle qui a évolué le plus collectivement des deux équipes de Marseille Provence, mais c’est également celle qui a défendu le moins bien. Sur un match de 15 minutes, on ne revient pas en défense en marchant et on ne laisse pas ses copains défendre tout seul sans les aider (les coupables se reconnaitront), surtout lorsque l’on fait du hand depuis 2 ans.

Mais dans l’ensemble, Angie et moi sommes satisfait de la production de cette équipe constituée à 90% de débutants, qui ont tout donné sur le terrain, ont mouillé le maillot et ont posé des problèmes à leurs adversaires par leurs petites passes en jouant toujours vers l’avant.

Conclusion :

Un excellent moment partagé avec les enfants et les parents en ce dimanche après-midi. Un plateau qui fut suivi par un gouter dans l’algéco, moment de convivialité partagé entre les enfants et les parents.

RDV à l’entrainement Mercredi soir.

Franck et Angie

Samedi 8 octobre 2016

Plateau -12 ans Standard

La Ciotat - Marseille Provence 4&5

DES ENFANTS COURAGEUX …!!!

Samedi après-midi, se déroulait le premier plateau de -12 ans Standards aux Matagots à La Ciotat. Deux équipes -12 ans de Marseille Provence étaient engagées pour rencontrer l’équipe locale.

A 14h, nous voyons arriver les premiers minots, tout heureux et impatients de débuter leur premier match (la majorité du groupe est constituée de débutants). Mais au moment de débuter les rencontres, une mauvaise surprise attendait Angie, la nouvelle coach du groupe -12 ans avec Franck. En effet, sur 18 enfants, seuls 7 enfants étaient présents. Que sont devenus les autres ?

C’est donc avec une seule équipe que nous débutions le plateau. Après une discussion avec l’entraineur de La Ciotat, nous décidions de faire une rencontre en 3 mi-temps de 15 minutes.

La Ciotat - Marseille Provence  :

Dès le début, nous voyions bien que le groupe ne faisait pas le poids face à l’équipe adverse. D’un côté, nous avions un groupe de débutant, cherchant ses marques sur un grand terrain, courant dans le vide, de l’autre, une équipe Ciotadenne ayant un vécu, où chaque enfant avait un minimum de 3 voire 4 ans de handball derrière  lui. Le score enflait rapidement, 4-0, 6-1, 10-1, mais l’ensemble de ces buts étaient marqué sur contre-attaque.

Effectivement, loin de se décourager, nos minots mettaient du cœur à l’ouvrage en défense, récupérant un grand nombre de ballons, effectuant des montées de balles encourageantes. Mais des problèmes récurrents à la finition ou à la dernière passe permettais à La Ciotat de récupérer la balle et de lancer systématiquement des contre-attaques conclues immédiatement par leurs attaquants.

Un deuxième problème allait venir s’ajouter à notre groupe, celui de la fatigue. Plus le match avançait, plus on voyait les enfants nous regarder, nous implorant de les sortir pour qu’ils puissent souffler un peu. Ce qui n’était pas évident avec un seul remplaçant. Malgré plusieurs temps morts pris par les deux équipes, on voyait bien que le groupe avait explosé physiquement, ce qui nous emmena à réduire le 3éme tiers temps à 10 minutes.

A la fin du match, peu importait le score final (27-07 pour La Ciotat).

Ce qui nous intéressait principalement, c’était l’état d’esprit des enfants sur le terrain. Et là, nous avons été ravi par ce que nous avons vu sur le terrain. Et cela, il fallait l’expliquer aux enfants, qui eux, ne regardaient que le score. Nous leur avons expliqué que l’équipe contre laquelle ils avaient joué était d’un niveau deux fois supérieur à eux, qu’ils allaient faire le championnat Honneur, et surtout, qu’ils avaient déjà beaucoup d’années de handball derrière eux. Que lors des prochains plateaux, ils rencontreront des équipes de leur niveau, et que d’ici là, ils auront progressé. Nous leur avons également dit combien nous étions fiers d’eux et de ce qu’ils nous ont montré.

Nous avons une bonne base de travail sur laquelle nous pourrons nous concentrer pour faire évoluer et progresser les enfants.

Je souhaiterais également souhaiter la bienvenue à Angie, qui est venue nous rejoindre au sein de l’encadrement des -12 ans le mercredi et le vendredi, ainsi que sur les matchs. Son aide nous sera précieuse, aussi bien d’un point de vue technique que pédagogique. Les enfants l’ont déjà adoptée, et le staff également.

Bienvenue au sein du club et de 'équipe -12 ans Angie

Franck Alles


Date de création : 09/11/2015 : 17:45
Catégorie : - -12 ans
Page lue 2529 fois


Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !

 
Lettre d'information
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre Newsletter.
26 Abonnés